Les diagnostics médicaux codés en MCO en 2017

L’ATIH vient de publier un document technique relatif à l’exploitation de la base nationale MCO des RSA de 2017, groupés en V2017. Le document est riche de nombreuses données utiles pour l’analyse de la production PMSI MCO d’un établissement.

Parmi celles-ci, nous avons retenu la fiche « Diagnostics » qui présente la liste exhaustive des codages CIM-10 codés dans au moins un RSA en 2017 dans au moins un établissement quelles que soit les positions (DP, DR ou DAS) dans lesquelles le diagnostic est codé (voir lien en Source), avec, pour chacun de ces diagnostics, le nombre de séjours ou séances concernés

Quelques résultats : 
# 20 356 diagnostics différents ont été codés au moins une fois
# 9 163 diagnostics représentés par au moins 100 séjours

Ce tableau est très intéressant pour situer son codage sur des problématiques de précisions de codage (dernière position 8 versus 9) ou de proportions relatives de certains DAS à comparer avec celles de votre établissement.

Exemple avec les escarres : 
L890 « ULCERE DE DECUBITUS STADE 1 » : 92 372 séjours
L891 « ULCERE DE DECUBITUS STADE 2 » : 73 259 séjours
L892 « ULCERE DE DECUBITUS STADE 3 » : 40 979 séjours
L893 « ULCERE DE DECUBITUS STADE 4 » : 26 972 séjours
L899 « ULCERE DE DECUBITUS ET ZONE PRESSION SAI » : 8 948 séjours

Pour les utilisateurs PMSISoft MCO : vous retrouvez ces calculs pour votre établissement dans l’écran « Base des diagnostics MCO » qui calcule pour chaque diagnostic la répartition de son codage entre DP, DR et DAS.

Source : Dénombrement base MCO 2017 (fichier Excel)

Copyright © Lespmsi.com – Imprimer cet article

Les indicateurs de suivi des dépendances

Liste d’indicateurs possibles pour le suivi des dépendances via le codage PMSI dans un établissement SSR.

Chaque indicateur peut être calculé sur une période de l’année N, comparée à la période identique de l’année N-1, avec évolution absolue et relative entre les périodes et filtré par CM, GN, RGME ou GME, par hospitalisation, par UM ou regroupement d’UM, par autorisation ou par âge ou plage d’âge.

# Dépendance totale
= cumul des 6 dépendances élémentaires de tous les RHS sur le périmètre.
Mesure de l’intensité globale des dépendances sur le périmètre
Indicateurs dérivés : dépendance physique totale, dépendance cognitive totale

# Dépendance moyenne par séjour
= dépendance totale des séjours terminés sur le périmètre / nombre de séjours terminés sur le périmètre
Indicateurs dérivés : dépendance moyenne par séjour HC, dépendance moyenne par séjour HP, dépendance moyenne par RHS en HP

# Dépendance moyenne à l’entrée des séjours HC
= dépendance totale des premiers RHS des séjours HC du périmètre / nombre de séjours HC du périmètre
Indicateurs dérivés : dépendance physique moyenne à l’entrée des séjours HC, dépendance cognitive moyenne à l’entrée des séjours HC

# Dépendance moyenne de la dernière semaine des séjours HC
= dépendance totale des derniers RHS des séjours HC terminés dans le périmètre / nombre de séjours HC terminés dans le périmètre
Indicateurs dérivés : dépendance physique moyenne de la dernière semaine des séjours HC, dépendance cognitive moyenne de la dernière semaine des séjours HC

Nombre de RHS par dépendance faible, moyenne et élevée
= nombre de RHS avec une dépendance comprise dans une plage donnée qualifiée de faible, moyenne ou élevée.
Suggestions : faible = [6-12], moyenne = [13-17], élevée = [18-24]
Indicateurs dérivés : déclinaison pour les dépendances physiques et cognitives, déclinaison par dépendance élémentaire

# Nombre de séjours terminés avec hausse de la dépendance
= nombre de séjours terminés dans la période avec la dépendance totale du dernier RHS > à la dépendance totale du 1er RHS
Indicateurs dérivés : déclinaison pour les dépendances physiques et cognitives, déclinaison par dépendance élémentaire

# Part des séjours HC sensibles à la variable « Score phy » dans la classification des séjours en GME
= part des séjours HC dont le GME tient compte du score de dépendance physique de la 1ere semaine
Indicateurs dérivés : part des séjours HC sensibles à la variable « Score cog » dans la classification des séjours en GME, part des RHS HP sensibles à la variable « Score phy » dans la classification des séjours en GME, part des RHS HP sensibles à la variable « Score cog » dans la classification des séjours en GME

# Nombre de séjours HC avec une forte variation intra-séjour de la dépendance physique
= nombre de séjours HC avec au moins 2 RHS dont l’écart de dépendance physique > 4
Interprétation prudente de cet indicateur en fonction des pratiques des codages des RHS intra-séjour.
Indicateurs dérivés : nombre de séjours HC avec une forte variation intra-séjour de la dépendance cognitive

Pour les utilisateurs PMSISoft SSR : tous ces indicateurs sont calculés et exportables sur excel pour intégration à un reporting via les écrans « Synthèse Dépendances », « Synthèse GME » et « Case mix Dépendances »

Copyright © Lespmsi.com – Imprimer cet article

La répartition par GHS des GHM multi-GHS en 2017 (chiffres Base Nationale MCO)

L’ATIH vient de publier un document technique relatif à l’exploitation de la base nationale MCO des RSA de 2017, groupés en V2017. Le document est riche de nombreuses données utiles pour l’analyse de la production PMSI MCO d’un établissement.

Parmi celles-ci, nous avons retenu la fiche « GHSv2017 » qui présente le nombre de séjours ou séances par GHS dans la base nationale (voir lien en Source).

Ce tableau permet ainsi, pour les GHM multi-GHS, de calculer l’importance relative de chaque GHS associé à un GHM et de comparer ces résultats avec ceux obtenus dans votre établissement.

Exemple avec les séjours classés dans le GHM 28Z18Z « Radiothérapie conformationnelle avec modulation d’intensité, en séances » qui est facturé avec le GHS 9622 (176,37€ en DGF 2018) si l’acte ZZNL051 « Séance d’irradiation externe par machien dédiée produisant des photons avec modulation d’intensité et contrôle de la position de la cible par imagerie » est réalisé et avec le GHS 9625 (373,21€ en DGF 2018) sinon.

En 2017, il y a 495 028 séjours 28Z18Z en GHS 9622 et 468 513 séjours 28Z18Z en GHS 9625.

En 2017, la proportion de séjours 28Z18Z avec l’acte ZZNL051 (et donc facturés avec le GHS 9622) est donc de 51,38% par rapport à tous les séjours 28Z18Z.

Pour les établissements concernés, cela peut être intéressant de comparer ce taux avec celui constaté dans l’établissement en 2017 ou 2018.

Notons toutefois que, pour les GHM multi-GHS significativement représentés, très généralement, un seul GHS représente l’écrasante majorité des situations.

Exemple avec les séjours dans le GHM 05K10J « Actes diagnostiques par voie vasculaire, en ambulatoire » avec 2 GHS possibles (1706 avec un tarif DGF 2018 de 1 231,86€ et 1863 avec un tarif DGF 2018 de 1 622,59€).

Le GHS 1706 représente 94,56% des séjours en 05K10J.

Cela signifie que la réalisation d’un acte de mesure du flux de réserve coronarien au cours d’une artériographie coronaire (DDQF202) en association avec l’un des actes d’artériographie ou de dilatation intraluminale DDQH009, DDQH012, DDAF007, DDAF008 ou DDAF009 n’est effective que dans 5,44% des séjours 05K10J en 2017

Source : Dénombrement base MCO 2017 (fichier Excel)

Copyright © Lespmsi.com – Imprimer cet article

Formation « Certificat DIM Manager »

Nous relayons cette nouvelle formation produite par SPH Conseil, la filiale conseil de la FHF et Mines ParisTech, le nouveau nom de l’Ecole Nationale des Mines-Ponts, une des écoles d’application de l’X.

La formation s’adresse aux DIM des GHT et des groupes privés. Elle s’étale de novembre 2018 à juin 2019 et se clôt par une soutenance. Le programme est ambitieux (voyage d’étude en Allemagne, gestion économique des hôpitaux, gestion de projet, outils de requêtage, vision stratégique, etc…).

Il est significatif à nos yeux que cette formation soit proposée en association avec une des meilleures et des exigeantes écoles d’ingénieur française, ce qui est logique dans la mesure où les métiers du DIM tendent à devenir de plus en plus ceux d’ingénieur.

Source : Certificat DIM Manager (SPH Conseil -Mines Paris Tech)

Copyright © Lespmsi.com – Imprimer cet article

Accès aux logiciels ATIH par identifiant depuis le 8 octobre 2018

Depuis le 8 octobre 2018, le téléchargement des mises à jour des logiciels ATIH de traitement et de transmission des données des différents PMSI est réservé à certains utilisateurs munis des droits nécessaires.

Ces nouvelles restrictions d’accès concernent les exécutables et les manuels d’utilisation. Elles sont la conséquence des nouvelles recommandations sur la mise à disposition de logiciels contenant des dispositifs cryptographiques.

Les droits nécessaires pour télécharger dépendent des logiciels : 

Pour MAGIC, utilisé par les établissements publics et ESPIC, pour anonymiser les VID-HOSP, il convient de créer un nouveau rôle dans PLAGE (PLAte-forme de GEstion des utilisateurs ePMSI dans un établissement), appelé MAGIC.

Pour les logiciels AGRAF, utilisés par les cliniques pour la transmission des données MCO et SSR, seuls les utilisateurs qui ont un rôle de gestionnaire de fichiers (GFP) sur PLAGE peuvent désormais télécharger ces logiciels 

Pour tous les autres logiciels (GENRSA, GENRHA, FICHSUP, PAPRICA, PIVOINE, PREFACE, PREFACE-SSR), seuls les utilisateurs avec un rôle de transmission des données individuelles sur les plateformes de l’ATIH peuvent y accéder.

Source : Logiciels ATIH – nouvel accès avec identifiant

Copyright © Lespmsi.com – Imprimer cet article

Indicateurs de suivi d’activité SSR via le PMSI

Liste d’indicateurs possibles pour le suivi d’activité SSR via le PMSI.

Chaque indicateur peut être calculé sur une période de l’année N, comparée à la période identique de l’année N-1, avec évolution absolue et relative entre les périodes et filtré par CM, GN, RGME ou GME, par type d’hospitalisation, par UM ou regroupement d’UM, par autorisation ou par âge ou plage d’âge. Ces critères définissent ce qu’on appelle le périmètre d’analyse.

# Nombre de JP (Journées de Présence)
JP au sens PMSI du terme = présence du patient à minuit. Définition depuis mars 2017
En HP, une JP peut recouvrer 1 à plusieurs séances
Indicateurs dérivés : nb JP par journée, nb JP de semaine, nb JP de WE

# Nombre de séjours
Indicateurs dérivés : nb séjour terminés dans le périmètre, nb séjours entièrement dans le périmètre, nb séjours commencés dans le périmètre,nb séjours HC de 0 journée, nb séjours HC

# Durée Moyenne de Séjour (DMS)
DMS au sens PMSI (= date de sortie du séjour -date d’entrée dans le séjour). La DMS se calcule donc sur la base des séjours terminés dans le périmètre. La DMS se calcule pour l’activité en HC.

# Durée Moyenne de Présence (DMP)
= durée moyenne des séjours en JP, sur la base des séjours terminés. On parle aussi de DMH (Durée Moyenne d’Hospitalisation). La DMP se calcule principalement pour l’activité en HC

# Taux de permission
= nombre de journées de permissions des séjours HC terminés rapporté aux durées de séjours de ces séjours HC terminés.

# Durée Moyenne de prise en charge HP
= moyenne des durées entre la 1ere venue et la dernière venue des séjours HP terminés
Indicateur dérivé : durée moyenne de prise en charge HP hors séjour avec une seule venue

# Délai moyen de prise en charge post-chirurgical 
Calculé pour les séjours avec une date d’intervention chirurgicale renseignée.

# Nombre moyen de venues par séjour HP

# Taux de réhospitalisation
= nombre de séjours correspondant à une réhospitalisation dans le périmètre, rapporté au nombre total de séjours
Indicateurs dérivés : taux de réhospitalisation à n séjours, taux de réhospitalisation à n jours, taux de réhospitalisation mono-prise en charge (= réhospitalisation dans le même GN), taux de réhospitalisation

# Répartition géographique par séjour
= nombre de séjours par département des patients à leurs entrées dans les séjours
Indicateurs dérivés : répartition géographique par patient, répartition géographique par région, par territoire de santé

# Répartition des séjours par âge
Indicateurs dérivés : répartition des séjours par plage d’âge

# File active
= nombre de patients différents avec au moins 1 séjour dans le périmètre. Un patient avec plusieurs séjours sera donc compté une seule fois dans la file active

# Nombre de séjours par CM, GN, RGME ou GME
En pratique, les niveaux d’analyse pertinents pour un suivi d’activité sont les classifications en CM et GN

# Nombre de RHS 

# Proportion de décès

Discussions méthodologiques :
1 – Les patients peuvent être indirectement identifiés par rapprochement avec les fichiers VID-HOSP ou RSF (1ere approche) ou par pseudo-NIP (« code postal » + « date de naissance » + « sexe »), uniquement avec le fichier des RHS (2eme approche)
2 – Une attention particulière pour repérer et traiter les situations exceptionnelles qui « faussent » le rendu et l’interprétation de certains indicateurs. Exemple : un séjour exceptionnellement long qui pèse de manière disproportionnée sur la DMS en HC.
Ces situations se rencontrent fréquemment en SSR, compte-tenu des volumes d’activité souvent faible en comparaison du MCO.
La production d’indicateurs de suivi d’activité SSR passe forcément par l’analyse et un retraitement à partir d’extractions des logiciels d’analyse du PMSI de la part d’un professionnel du PMSI

Pour les utilisateurs PMSISoft SSR : tous ces indicateurs sont calculés et exportables sur excel pour intégration à un reporting via principalement l’écran « Synthèse d’Activité SSR »

Copyright © Lespmsi.com – Imprimer cet article