Offre d’emploi MEDECINS DIM – Centre hospitalier de Saintonge

1. LE CONTEXTE

UNE INTERVENTION TERRITORIALE

Le département de la Charente Maritime compte près de 652 600 habitants. Il est découpé en deux territoires de santé, l’un couvrant le Nord et l’Ouest (axe La Rochelle – Rochefort) et l’autre couvrant le Sud et l’Est.

Le territoire de santé Sud et Est compte à lui seul plus de 300 000 habitants. Saintes y occupe une place centrale.

Sur ce territoire, le DIM territorial dessert l’ensemble du tissu hospitalier du GHT composé de 5 établissements dont le pôle de recours est le centre hospitalier de Saintonge. Les centres hospitaliers de Boscamnant, Jonzac, Royan et Saint Jean d’Angély sont des établissements de proximité.

ORGANISATION DU DIM TERRITORIAL

  • Une équipe transversale intervenant sur l’ensemble des établissements du GHT (2 praticiens, 2 ingénieurs en information médicale, un cadre responsable des TIM)
  • Une équipe de TIM propre à chaque structure hospitalière, en charge de la saisie des informations (DIM centralisé pour le champ MCO) et de l’optimisation des données.

2. LE POSTE

Vous intégrez une équipe composée de 2 praticiens en charge du recueil, du traitement, du groupage et l’optimisation de l’information médicale dans les domaines d’activité MCO, SSR, HAD et Psychiatrie au sein du GHT. Par ailleurs, l’équipe médicale assure une restitution régulière des données d’information médicale sur l’intranet, permettant de suivre pour les Directions et les équipes médicales divers indicateurs stratégiques.

Vous participez avec vos collègues du DIM aux missions suivantes :

  • Recueillir, traiter, optimiser, restituer et analyser les données de l’information médicale recueillies dans le cadre du programme de médicalisation des systèmes d’information (PMSI) en garantissant la confidentialité des informations médicales.
  • Conseiller les instances et les responsables hospitaliers dans les domaines de la qualité des soins, du dossier patient, de la stratégie et de l’efficience médio-économique de la prise en charge du patient.
  • Appuyer les équipes dans la préparation des divers projets, présentations et communications médicales.
  • Réaliser des missions d’analyse de gestion et des données, d’amélioration de la qualité de l’information médicale.
  • Contribuer à la mise à disposition d’outils d’aide au recueil et à l’optimisation de la qualité des données transmises au DIM • Former ses confrères aux exigences règlementaires d’exhaustivité, de qualité et d’optimisation des informations à fournir dans le cadre du PMSI • Transmettre les changements de règlementation.

Le caractère territorial du DIM implique une collaboration étroite avec tous les services médicaux, services administratifs et financiers et directions des établissements. Il implique également de s’appuyer sur l’équipe d’appui locale de chaque établissement du GHT.

3.PROFIL RECHERCHE

  • Inscription au Conseil National de l’Ordre des Médecins en France.
  • Appétence pour l’informatique, la statistique et l’analyse des données médico-économiques • Capacité à travailler en équipe et à communiquer • Sens de l’écoute et pédagogie essentiels pour la formation des cliniciens à la dimension médico économique de leur activité et notamment au P.M.S.I., à la T2A et à la D.M.A.

(Pour postuler à cette offre vous devez être titulaire d’un diplôme de médecine)

POUR TOUT RENSEIGNEMENT, VOUS POUVEZ CONTACTER :

Salaire : Fonction du statut et/ou du type de contrat

Indicateur de suivi des délais d’initiation de la chimiothérapie adjuvante pour cancer du côlon via le PMSI

Nous signalons une étude conçue, entre autres, par une équipe du CHU de Rouen visant à construire un indicateur de suivi des délais d’initiation de la chimiothérapie (CT) adjuvante pour cancer du côlon et à l’évaluer.

Résumé de l’étude : 

« Matériel et méthodes : À partir du PMSI au CHU de Rouen, nous avons calculé le délai entre la colectomie pour cancer du côlon et la CT, chez des patients hospitalisés entre 2009 et 2015. Par comparaison au dossier médical, nous avons identifié les vrais et les faux positifs, et nous avons calculé la valeur prédictive positive (VPP) de notre méthode.

Résultats : Parmi les 102 patients sélectionnés, la VPP était de 91 % (IC 95 % : [86–97]).

Conclusion : La qualité de l’indicateur mériterait d’être confirmée dans d’autres établissements. Appliqué aux bases PMSI nationales, il pourrait servir d’outil de pilotage au sein des agences régionales de santé et de l’Institut national du cancer. »

L’accès à l’étude complète est payant.

Source : Conformité du délai d’initiation de la chimiothérapie adjuvante pour cancer du côlon : élaboration d’un indicateur qualité à partir du PMSI (revue Oncologie – Août 2018)

Codage obligatoire des « indications » pour chaque médicament de la liste en sus à partir du 1er septembre 2018

A compter du 1er septembre 2018, le recueil des indications thérapeutiques des spécialités pharmaceutiques inscrites sur la liste en sus devient obligatoire.

Ces indications sont codées via des codes sur 7 positions : I + 6 chiffres.
Exemple : I000212 « Traitement substitutif chez les adultes et les enfants et adolescents (0 à 18 ans) : Déficits immunitaires primitifs avec altération de la production d’anticorps » du laboratoire SHIRE France, relié aux 2 UCD 9282738 « KIOVIG 100 MG/ML INJ F+F 50ML » et 9284890 « KIOVIG 100 MG/ML INJ F+F 200ML »

L’ATIH met à jour chaque mois une table de correspondance entre les codes UCD de la liste en sus et les codes Indications (voir lien en Sources), sachant que, de son côté, le Ministère met à jour chaque mois une table descriptive de la liste des indications avec pour chaque indication le code indication, le labo, la DCI, la classe thérapeutique, le nom de la spécialité, etc…(voir lien en Sources).

En pratique, ce codage doit être automatisé via les logiciels de prescriptions médicamenteuses, seuls à même de permettre la juste attribution de la bonne indication thérapeutique à l’UCD, un UCD pouvant relever de plusieurs indications.

Le codage de l’indication est requis pour tous les médicaments de la liste des UCD en sus.

Le code indication « I999999 » permet le codage des indications qui ne seraient pas présentes dans le référentiel administratif et qui seraient prescrites en dehors d’une indication prévue par l’autorisation de mise sur le marché (AMM)

Le code « I999998 » indication permet le codage des indications non présentes dans le référentiel et faisant l’objet de recherches.

Pour les établissements de santé ex DGC, le recueil se fait dans le fichier FICHCOMP « Médicaments hors ATU » via la nouvelle variable « indication » (sur 7 positions).

Pour les établissements de santé ex OQN, le recueil se fait dans le fichier RSF-H « Prestations Hospitalières Médicaments » via la nouvelle variable « indication » (sur 7 positions).

Dans un premier temps, et afin que les établissements s’approprient ce recueil par indication, la Tutelle précise que les contrôles liés à ces codages ne seront pas bloquants, mais un code devra être renseigné pour que la facture soit valorisée.

Et au 1er mars 2019, seuls les UCD avec une indication autorisée seront valorisés. Cela impliquera donc de nouveaux contrôles qualité du DIM (cf identification des UCD de la LES avec une indication exclue par exemple) : nous y reviendrons.

Rappel : ce codage ne concerne à ce jour que le MCO (pas l’HAD, pas le SSR).

Pour les utilisateurs PMSISoft MCO : mise à disposition du référentiel des Indications et du filtre sur les indications dans l’écran « Analyse UCD MCO » courant Octobre.

Sources : Note d’information no DSS/1C/DGOS/PF2/2018/43 du 16 février 2018 relative à la mise en œuvre du référentiel administratif portant la codification de l’indication dans laquelle un médicament de la liste en sus est prescrit – Notice explicative relative au référentiel administratif portant la codification des indications des spécialités pharmaceutiques inscrites sur la liste en sus (version juillet 2018) – Référentiel des indications des spécialités pharmaceutiques inscrites sur la liste en sus – Table de correspondance UCD de la liste en sus – Indications (ATIH)

Copyright © Lespmsi.com – Imprimer cet article

Nombre moyen de JP par séjour HC et score de dépendance physique et cognitive par séjour – Référentiel de la Base Nationale

L’ATIH vient de publier sur ScanSante l’actualisation du référentiel de coûts de l’activité de soins SSR par GME avec les données de coûts de la campagne 2016.

Les séjours 2016 du référentiel ont été groupés en V2018 : c’est ainsi que les GME introduits en mars 2017 (ex : 0833D1 « Fractures du membre inférieur , score phy >= 9 – niveau 1 ») sont représentés dans l’étude.

Chaque secteur (DGF, OQN) fait l’objet d’un référentiel propre.

Parmi les nombreuses informations de cette étude, nous signalons particulièrement la publication de 3 ratios par GME, issus de la Base Nationale SSR (et non de l’échantillon des établissements participants à l’ENCC SSR) : 

# le nombre moyen de journées de présence (JP) par GME de HC

# le score moyen de dépendance physique par RHS des GME d’HP et par séjour pour les GME d’HC

# le score moyen de dépendance cognitive par RHS des GME d’HP et par séjour pour les GME d’HC

Ces ratios sont disponibles pour les principaux GME (434 GME en DGF et 293 GME en OQN sur 743 GME 2018).

Pour les GME représentés, ces ratios sont très intéressants à comparer avec le case mix GME de l’établissement, surtout qu’ils ne sont pas disponibles dans la Base Nationale SSR de l’année en cours dans ScanSanté (exemple : ScanSanté fournit par GME le score de dépendance totale – qui présente peu d’intérêt – et non les scores moyens de dépendances physiques et cognitives par GME qui eux sont exploitables).

Les référentiels proposent par ailleurs d’autres ratios, moins directement exploitables, pour ces GME :
# la part de séjours post-chirurgicaux
# l’âge moyen : information peu pertinente car elle est disponible dans la base nationale SSR de l’année en cours
# le nombre moyen d’actes CCAM
# le score moyen de RR

Les informations discutées dans cet article sont dans l’onglet « Données nationales PMSI » des référentiels (liens en Sources).

Pour les utilisateurs PMSISoft SSR : exporter sur Excel le case mix GME de l’écran « Case mix Dépendances » et le rapprocher des ratios par GME du référentiel qui concerne votre établissement. Nous préparons une vidéo de démonstration des manipulations qui vous sera envoyée très rapidement.

Sources : Référentiels Coûts moyens par GME DAF 2016 – Référentiels Coûts moyens par GME OQN 2016

Copyright © Lespmsi.com – Imprimer cet article

Recueil des actes CCAM en PSY : bilan 2017

Le codage des actes CCAM dans les RPS est demandé depuis le 1er janvier 2017 s’il y a réalisation d’actes médicotechniques dans les séjours psychiatrique en hospitalisation complète ou partielle (voir l’article « Codage des actes CCAM en PSY à partir de 2017« ).

Lors du Comité Psychiatrie du 3 juillet dernier, l’ATIH a communiqué un bilan du recueil des actes CCAM en 2017, première année du recueil (lien en Source) : 
# 206 établissements ont transmis des actes CCAM à M12 2017
# Acte le plus fréquent : l’ECG DEQP003 « Électrocardiographie sur au moins 12 dérivations » (26,98%)
# 2eme acte le plus fréquent : AZRP001 « Séance d’électroconvulsivothérapie [sismothérapie] » (21,54%)
# Prépondérance des actes de radiologie parmi les actes CCAM transmis (cf recueil simplifié pour les établissements disposant de plateaux techniques de radiologie)
# Des actes relevant du champ d’activité MCO semblent également avoir été transmis par erreur
# Les actes de sismothérapie qui étaient l’objectif prioritaire du recueil ne représentent que 25% du total des actes transmis par les établissements

Source : Comité Psychiatrie du 3 juillet 2018
Copyright © Lespmsi.com – Imprimer cet article