Historique des conseils PMSI MCO

Les informations diffusées dans cette lettre électronique sont proposées à titre purement informatif et ne sauraient constituer un conseil ou une recommandation de quelque nature que ce soit. En conséquence, nous déclinons toute responsabilité quant à leurs utilisations. Elles ne sauraient en aucun cas engager notre responsabilité, à quelque titre que ce soit.

Liste des conseils PMSI MCO déjà diffusés :
#29 – Algorithmes d’identification des causes de révision prothétique
#28 – Sélection des séjours avec procédure chirurgicale pour la prise en charge des IPOA
#27 – Sélection des séjours d’hypertension artérielle essentielle et/ou de complication d’hypertension artérielle
#26 – Identification des séjours de fractures du col du fémur opérées
#25 – Référentiel Base Nationale MCO des taux de codages CCAM en activité 4 versus activité 1 par acte CCAM
#24 – Sélection des séjours de  chirurgie bariatrique initiale
#23 – Sélection des séjours de colectomie pour cancer
#22 – Rattachement de la spécialité exécutant aux actes CCAM en ACE MCO
#21 – Racines de chirugie ORL
#20 – Codage des actes CCAM d’anesthésie sans extension documentaire.
#19 – Racines de chirugie digestive
#18 – Identifier l’activité de coronarographie
#17 – Comptage des patients via leur pseudo-NIP
#16 – Racines de chirugie orthopédique
#15 – Séjours potentiellement non justifiés en HdJ selon le nombre de venues
#14 – Cas particuliers des CMD 15 et 28 dans les reportings d’activité issus du PMSI
#13 – Cohérence des codages CCAM opératoires en activité 1 et en activité 4
#12 – Le total ICR de bloc / séjour comme seuil de codage CCAM des séjours de chirurgie
#11 – Repérage rigoureux des codages CIM-10 imprécis
#10 – Le test de groupage « Tous les actes CCAM du RSS » 
#9 – Que faire si plusieurs DP sont candidats ?
#8 – Analyse de l’activité de la CMD 28 par les séances ou par les actes CCAM ?
#7 – Intérêt du calcul de l’IGS SRC des RUM pour l’identification des suppléments journaliers SRC manquants
#6 – Identification de séjours via le codage CCAM : l’exemple de la cardiologie interventionnelle
#5 – Le contrôle du codage des DR des séjours avec DP en Z08 ou Z09
#4 – Reporting PMSI pour les médecins et chirurgiens en Groupes d’Activité (GA)
#3 – Cohérence du codage du DP par rapport au GHM
#2 – Table de correspondance DMI-CCAM
#1 – Montée de niveau par comparaison à une DS nationale et faux positifs

 

#29 – Algorithmes d’identification des causes de révision prothétique

Nous avons consulté la thèse de doctorat en Santé Publique du Dr sandrine COLAS intitulée
« Etude des déterminants de la survie prothétique des prothèses de hanche en France, à partir des données du SNIIRAM » soutenue le 29-11-2017 à l’Université Parie-Saclay.

Dans cette thèse, à l’annexe 8, l’auteur décrit 4 algorithmes correspondant à chacune des 4 principaux motifs identifiés de révision d’une PTH : les complications mécaniques (comprenant les descellements aseptiques) qui sont la 1ere cause de révision, les luxations, les fractures et les infections.

Chacun de ces algorithmes se réfère à un thésaurus CIM-10 et un thésaurus CCAM que nous avons extraits dans un fichier Excel (voir ci-dessous).

Algorithme « Infections »
{ DP OU DR(ioap)}
OU
{ [DP(infe) OU DR(infe)] ET [DA(ioap) OU CCAM(infe)] }
OU
{ [DA(infe)] ET [CCAM(infe)] }
OU
{ [DA(ioap)] ET [CCAM(infe) ] }
OU
{ [DA(ioap) ET DA(infe)] }

Algorithme « Luxations »
{ DP(luxa) OU DR(luxa) lors du séjour de révision }
OU
{ [DA(luxa) lors du séjour de révision] ET [Acte réduction, lors du séjour de révision] }
OU
{ [DA(luxa) ] ET acte de réduction, le tout dans un séjour dans l’année précédant la révision }
OU
{ [DP(luxa) OU DR(luxa) ] ET acte de réduction, le tout dans un séjour dans l’année précédant la révision }

Algorithme « Fractures »
{DP(frac) OU DR(frac) OU Acte réduction(frac)}
OU
{LPP(frac)} OU {DA(frac) ET [Acte réduction OU LPP(frac)}, lors du séjour de révision }
OU
{DP(frac) OU Acte réduction(frac) dans les 30 jours précédant la révision}

Algorithme « Complications Mécaniques »
DP ou DR(meca)

Commentaires :
# dans les algorithmes FRACTURES et LUXATIONS, il est indiqué « Acte réduction ». Nous le comprenons que acte du thésaurus avec le mot « Réduction » dans le libellé.
# dans l’algorithme FRACTURES, il est indiqué le critère LPP(frac). Nous le comprenons comme faisant référence à la liste des LPP de l’annexe 2 de la thèse = LPP des constituants de PTH. A voir d’ailleurs si ce critère n’est pas, en pratique, redondant avec les autres critères.

Fichier Excel des thésausus CIM-10 et CCAM : lien téléchargement
1 feuille CIM-10 et 1 feuille CCAM.
Chaque code CIM-10 est rattaché à une cause : Infe (diagnostic traduisant une infection), Frac (diagnostic traduisant une fracture),  Luxa (diagnostic traduisant une luxation),  Meca (diagnostic traduisant une complication mécanique), Autre (diagnostic traduisant une autre cause).
Chaque acte CCAM est rattaché à une cause : frac (acte spécifique de traitement d’une fracture),  luxa (acte spécifique de traitement d’une luxation),  luxp (acte spécifique de traitement d’une luxation de prothèse),  infe (acte spécifique de traitement d’une infection ostéo-articulaire).

Commentaires :
# nous avons repris tels quels les thesaurus
# dans le thésaurus CIM-10, il y a 3 lignes du type de révision « infe » avec les codes A, B et R et un même libellé « Sepsis codes ». Nous comprenons ces lignes comme une seule ligne avec les codes CIM-10 de sepsis
# dans le thésaurus CIM-10, comme type de révision, il est aussi indiqué IOAP (infections ostéo-articulaires sur prothèse), utilisé en tant que tel dans l’algorithme INFECTIONS. On pourra rattacher ces codes au type « Infe » pour une requête type case mix des causes de révision prothétique.
# dans le thésaurus CCAM, les codes CCAM sont sur 7 positions, sans les extensions PMSI

L’application enchaînée de ces 4 algorithmes permet donc de répartir toute l’activité de révision PTH d’un établissement en fonction de leurs causes.

#28 – Sélection des séjours avec procédure chirurgicale pour la prise en charge des IPOA

Nous avons consulté la thèse de doctorat de médecine du Dr Leslie GRAMMATICO-GUILLON intitulée
« Intérêt et Limites du  Programme de Médicalisation des Systèmes d’information (PMSI) dans la Surveillance des Infections de Prothèses Orthopédiques« 

Dans cette thèse, l’auteur définit un algorithme d’identification des cas d’infections sur prothèses ostéo-articulaires (IPOA) via le PMSI. 

Parmi les critères, il est proposé l’identification des procédures chirurgicales spécifiques pour la prise en charge des IPOA via une liste de 33 actes CCAM (Tableau V – page 167) :
NEJA001 Nettoyage de l’articulation coxofémorale, par arthrotomie
NEJA002 Évacuation de collection de l’articulation coxofémorale, par arthrotomie
NEJA003 Évacuation de collection ou synovectomie de l’articulation sacro-iliaque, par arthrotomie
NEJA004 Évacuation de collection périprothétique de l’articulation coxofémorale, par arthrotomie
NEJC001 Nettoyage de l’articulation coxofémorale, par arthroscopie
NEJB001 Évacuation de collection de l’articulation coxofémorale, par voie transcutanée
NEQC001 Exploration de l’articulation coxofémorale, par arthroscopie
NEFC001 Synovectomie coxofémorale, par arthroscopie
NEFA003 Synovectomie coxofémorale, par arthrotomie par deux abords dont un abord postérieur
NEFA004 Synovectomie coxofémorale, par arthrotomie par un abord
NAHB001 Biopsie unicorticale de l’os coxal, par voie transcutanée
NAHA001 Biopsie de la corticale interne de l’os coxal, par abord direct
NAHA002 Biopsie de la corticale externe de l’os coxal, par abord direct
NEHA001 Biopsie d’une articulation de la ceinture pelvienne [du bassin], par abord direct
NEHA002 Biopsie de l’articulation coxofémorale, par abord direct
NFJA001 Nettoyage de l’articulation du genou, par arthrotomie
NFJA002 Évacuation de collection de l’articulation du genou par arthrotomie
NFJC001 Nettoyage de l’articulation du genou par arthroscopie
NFJC002 Évacuation de collection de l’articulation du genou par arthroscopie
NFFC001 Synovectomie du genou, par arthroscopie antérieure et par arthroscopie postérieure
NFFC002 Synovectomie antérieure du genou, par arthroscopie
NFFA004 Synovectomie antérieure du genou, par arthrotomie
NFFA005 Synovectomie antérieure du genou par arthroscopie avec synovectomie postérieure par arthrotomie, sans changement de position
NFFA006 Synovectomie du genou, par arthrotomie antérieure et par arthrotomie postérieure avec changement de position du patient
NFQC001 Exploration de l’articulation du genou, par arthroscopie
NZHA001 Biopsie d’un os et/ou d’une articulation du membre inférieur, par abord direct
NZHB001 Biopsie d’un os et/ou d’une articulation du membre inférieur, par voie transcutanée sans guidage
NZHB002 Ponction ou cytoponction d’une articulation du membre inférieur, par voie transcutanée sans guidage
NZHH001 Ponction ou cytoponction d’une articulation du membre inférieur, par voie transcutanée avec guidage scanographique
NZHH002 Biopsie d’un os et/ou d’une articulation du membre inférieur, par voie transcutanée avec guidage scanographique
NZHH003 Biopsie d’un os et/ou d’une articulation du membre inférieur, par voie transcutanée avec guidage radiologique
NZHH004 Ponction ou cytoponction d’une articulation du membre inférieur, par voie transcutanée avec guidage radiologique
NZJB001 Évacuation de collection articulaire du membre inférieur, par voie transcutanée sans guidage

La thèse a été soutenue en 2014 : nous avons vérifié que ces 33 actes CCAM sont toujours actifs et identiques dans la dernière version CCAM de 2019.

On observe que la plupart de ces actes sont opératoires, mais pas tous (ex : NEJB001, NZHB001, NZJB001, …) et qu’ils appartiennent à de nombreuses hiérarchies (plus de 10) sans correspondre à toutes ces hiérarchies.

Ce thésaurus peut être utilement repris pour identifier les séjours avec une IPOA. On va souvent être en CM 08 évidemment mais pas toujours, même en filtrant sur les séjours de chirurgie en C (c’est un des intérêts de cette requête passant par une sélection fine d’actes CCAM).

La thèse propose aussi plusieurs listes de codes CIM-10 (codes spécifiques d’infection et de réaction inflammatoire due à une articulation prothétique, codes de sepsie, codes de réaction non spécifiques dus à une articulation prothétique) qui peuvent être utilisées pour enrichir les requêtes de sélection de séjours concernés par une IPOA (Tableaux II, III et IV pages 164-166).

Pour les utilisateurs PMSISoft MCO :
Dans le requêteur MCO, ajouter les 33 actes CCAM dans l’onglet de liste CCAM avec l’activité 1 par défaut, sans aucun autre paramétrage d’exclusion ou de modalité ET.
PMSISoft sélectionne alors les séjours avec au moins un de ces actes CCAM
La sélection des séjours en C se fait via le filtre « Type GHM » de l’onglet de filtres « GHM »
Voir l’onglet de liste CIM-10 pour ajouter une liste de codes CIM-10 et affiner la requête avec une contrainte sur la présence d’un ou plusieurs codages CIM-10 dans le séjour

#27 – Sélection des séjours d’hypertension artérielle essentielle et/ou de complication d’hypertension artérielle

Le numéro 240 des QES (Questions d’Economie de la Santé) de mars 2019, publié par l’IRDES, a pour sujet « Les facteurs de risque des patients hospitalisés pour un premier épisode d’accident vasculaire cérébral en France« .

Les données de cette étude sont issues du SNDS (Système national des données de santé), à savoir la base nationale du PMSI MCO, le datamart des consommations interrégime (DCIR) et les données de consommation de médicaments.

L’étude s’interesse aux différents facteurs de risque d’un premier épisode d’AVC, soit, par ordre d’importance décroissante : l’hypertension artérielle, la dyslipidémie, le diabète, la dépression, la fibrillation auriculaire, l’insuffisance rénale chronique, le tabagisme, l’obésité et l’alcoolisme.

Ce qui nous intéresse ici, c’est la note méthodologique qui détaille comment l’étude a sélectionné les patients en MCO avec une HTA et/ou une complication d’HTA. 

Car cette note publie la liste des 7 codes CIM-10 (avec leurs éventuels codes fils) qui ont servi à repérer ces patients via leurs séjours (codage en DP, DR ou DAS) :
# I10  Hypertension essentielle (primitive)
# F01 Démence vasculaire. Codes fils : 126 autres codes CIM-10 en F01
# H350 Autres rétinopathies et altérations vasculaires rétiniennes
# I11 Cardiopathie hypertensive. Codes fils I110, I1100, I1101, I1102, I1109, I119
# I12 Néphropathie hypertensive. Codes fils I120 et I129 
# I13 Cardionéphropathie hypertensive. Codes fils : 12 autres codes CIM-10
# I670 Dissection d’artères cérébrales, non rompue

Liste à reprendre pour identifier dans vos établissements les séjours HTA et/ou avec complications d’HTA

Pour les utilisateurs PMSISoft MCO :
Dans le requêteur MCO, ajouter les 7 codes CIM-10 de la liste dans l’onglet de liste CIM-10 (les codes fils sont automatiquement ajoutés) et sélectionner l’option « RSS » = sélection des séjours avec au moins un de ces codes, indépendamment de sa position de codage dans au moins un RUM du RSS

#26 – Identification des séjours de fractures du col du fémur opérées

La sélection des séjours de fractures du col du fémur opérées peut se faire via les critères suivants :
# codage d’une fracture du col fémoral en diagnostic principal (DP) = au moins 1 code CIM-10 de la liste {S72.00 (Fracture fermée du col du fémur), S7201 (Fracture ouverte du col du fémur), S7210 (Fracture fermée du trochanter), S7211 (Fracture ouverte du trochanter)}
ET
# classification du séjour dans la racine 08C47 (Prothèses de hache pour traumatismes) ou dans la racine 08C49 (Interventions sur la hanche et le fémur pour traumatismes récents)

Commentaires :
# Affinage possible de la requête en jouant sur la sélection du DP. Par exemple pour ne s’intéresser qu’aux fractures ouvertes.
# Intéressant de repérer les séjours avec une fracture du col fémoral en DP ET classés ailleurs que dans les 2 racines 08C47 ou 08C49.

Source : Fractures du col du fémur opérées dans un territoire de santé, quels parcours de soins ? (revue d’épidémiologie et de santé publique)

Pour les utilisateurs PMSISoft MCO :
# dans le requêteur MCO, sélectionner la liste des codes CIM-10 dans l’onglet de listes « DP-DR » et la liste des GHM dans l’onglet de filtres « GHM »
# Sélectionner l’option Exclusion dans l’onglet de listes GHM pour repérer l’activité hors racines 08C47 et 08C49

#25 – Référentiel Base Nationale MCO des taux de codages CCAM en activité 4 versus activité 1 par acte CCAM

Nous avons déjà évoqué ce sujet dans notre conseil MCO #13 « Cohérence des codages CCAM opératoires en activité 1 et en activité 4« . Nous y revenons aujourd’hui suite à la publication par l’ATIH du dénombrement des codages CCAM par séjour ou séance dans la base nationale MCO 2017 (onglet « CCAM » dans le fichier Excel Dénombrement 2017).

Ce référentiel présente en effet pour chaque acte CCAM codé au moins 1 fois nationalement le nombre de séjours ou de séances dans lesquels le triplet {acte, phase, activité} a été codé au moins 1 fois. Un séjour avec 2 fois le même triplet codé n’est donc compté qu’une fois. Pour les séjours de la CMD 28 (Séances) groupés hors GHM de préparation aux séances (28Z19Z, 28Z20Z, 28Z21Z et 28Z22Z), c’est le nombre de séances qui est pris en compte.

Exemple avec l’acte LMMA001 « Cure bilatérale d’une hernie de l’aine avec pose de prothèse, par abord inguinal » : 6 973 séjours en 2017 avec cet acte codé au moins 1 fois en activité 1 (Intervenant principal) et 6 946 séjours en 2017 avec cet acte codé au moins 1 fois en activité 4 (Anesthésie).

Une exploitation intéressante de ce référentiel : pour les actes CCAM codés en activité 1 et 4, calculer les proportions relatives de séjours ou séances en activité 4 versus en activité 1 et les comparer avec les proportions relatives calculées à partir de votre casemix CCAM pour ces mêmes actes.

On retrouve bien les actes CCAM réalisés par un intervenant principal et un anesthésiste lors des mêmes séjours dans tous les établissements.
Exemple BGPA002 « Dissection de la membrane épirétinienne et/ou de la membrane vitrée [hyaloïde] » : 14 595 séjours avec activité 1 et 14 083 séjours avec activité 4, soit un écart de seulement 3,64% des séjours concernés sans intervention d’un anesthésiste.

De même retrouve-t-on les actes CCAM fortement caractérisés comme quasi exclusivement réalisés par un anesthésiste par définition (à commencer par les actes ZZLP d’anesthésie évidemment) ou exclusivement réalisés sans anesthésie

C’est la population d’actes représentés par la dernière population, à savoir les actes CCAM avec une proportion relative de codage en activité 1 versus 4 différente de quasi 0%, 50% ou 100%, qui va surtout nous intéresser.

2 exemples pris parmi des actes régulièrement codés : .

# DDQH009 « Artériographie coronaire sans ventriculographie gauche, par voie artérielle transcutanée » : 198 129 séjours avec l’acte en activité 1 et 82 344 séjours avec l’acte en activité 4. Donc 29,36% des séjours avec l’acte DDQH009 (généralement classés du coup en 05M ou 05K) ont vu l’intervention d’un anesthésiste pour la réalisation de cet acte en 2017.  Dit autrement 70,64% de ces séjours ont réalisé un DDQH009 sans intervention d’un anesthésiste

# AHQJ021 « Guidage échographique pour anesthésie locorégionale périphérique de membre ou de la paroi abdominale » : 262 617 séjours avec l’acte en activité 1 et 592 778 séjours avec l’acte en activité 4. Dans 38,60% des séjours avec l’acte AHQJ021, l’acte n’a été réalisé que par un anesthésiste en 2017 dans la base nationale.

Complément : 
Le rapprochement de ce référentiel avec votre case mix CCAM permet aussi de mesurer qualitativement la proportion d’actes peu fréquents nationalement réalisés dans votre établissement, traduction de prises en charges rares ou de recours à des techniques peu fréquentes.

Pour les utilisateurs PMSISoft MCO :
# écran « Case mix CCAM MCO » : colonnes « Activité 1 » et « Activité 4 » pour chaque acte

 

#24 – Sélection des séjours de chirurgie bariatrique initiale

Pour sélectionner une activité de chirurgie via une liste d’actes CCAM opératoires, une bonne pratique consiste à reprendre une liste déjà pensée et testée lors d’une étude, si possible officielle.

Dans cette logique, nous signalons la liste de 12 actes CCAM opératoires permettant d’identifier l’activité de chirurgie bariatrique initiale, telle que documentée par l’HAS dans son rapport « Chirurgie de l’obésité chez l’adulte :  Prise en charge préopératoire minimale » paru en décembre 2017 (note 6 – page 13) : 

HFCA001 Court-circuit [Bypass] gastrique pour obésité morbide, par laparotomie 
HFCC003 Court-circuit [Bypass] gastrique pour obésité morbide, par cœlioscopie 
HFFA001 Gastrectomie avec court-circuit biliopancréatique ou intestinal pour obésité morbide, par laparotomie  
HFFA011 Gastrectomie longitudinale [Sleeve gastrectomy] pour obésité morbide, par laparotomie 
HFFC004 Gastrectomie avec court-circuit biliopancréatique ou intestinal pour obésité morbide, par cœlioscopie 
HFFC018 Gastrectomie longitudinale [Sleeve gastrectomy] pour obésité morbide, par coelioscopie 
HFMA009 Gastroplastie par pose d’anneau ajustable périgastrique pour obésité morbide, par laparotomie 
HFMA010 Gastroplastie verticale calibrée pour obésité morbide, par laparotomie 
HFMC006 Gastroplastie verticale calibrée pour obésité morbide, par cœlioscopie 
HFMC007 Gastroplastie par pose d’anneau ajustable périgastrique pour obésité morbide, par cœlioscopie 
HGCA009 Court-circuit biliopancréatique ou intestinal pour obésité morbide, par laparotomie  
HGCC027 Court-circuit biliopancréatique ou intestinal pour obésité morbide, par coelioscopie 

Commentaires : 
Ces 12 actes CCAM opératoires sont classés dans le même sous-paragraphe 07.03.02.09 « Actes thérapeutiques sur l’estomac pour obésité morbide » qui compte 19 actes. Ce ne sont donc pas tous les actes de cette hiérarchie qui sont retenus.
En 2019, les 2 actes HFCA001 et HFCC003 sont scindés sur le type d’anse (extension -01 pour anse en Y et – 02 pour anse en oméga). Voir article « Evolutions de la CCAM à usage PMSI en 2019« . Penser donc à la mise à jour de la liste.
Rappel de la requête basique : séjours avec présence au moins 1 fois d’au moins 1 acte de la liste.

Pour les utilisateurs PMSISoft MCO :
# utiliser le nouveau requêteur MCO en sélectionnant cette liste d’actes CCAM dans l’onglet de listes « Actes CCAM » : sélection des RUM et RSS concernés en 1 clic. Enregistrer la requête pour la reproduire ultérieurement.

#23 – Sélection des séjours de colectomie pour cancer

C’est une bonne pratique, avant de penser à concevoir seul une requête spécifique, de rechercher dans la littérature si une autre structure n’a pas conçu et surtout documenté celle-ci ou une requête similaire qu’il suffirait d’adapter. Régulièrement, dorénavant, dans cette lettre de conseil PMSI MCO, nous diffuserons de telles requêtes.

La requête du jour concerne la sélection des séjours de colectiomie pour cancer. Elle est typique en ce sens qu’elle mixte des critères CIM-10, quelle que soit la position des diagnostics médicaux, et des actes CCAM.

Les séjours de colectiomie pour cancer sont les séjours :

avec au moins un codage CIM-10 C18 « Tumeur maligne du côlon » (ou ses codes fils C180, C181, …) ou C19 « Tumeur maligne de la région recto-sigmoïdienne » ou D010 « Carcinôme in situ du côlon » ou D011 « Carcinôme in situ de la région recto-sigmoïdienne »

et

avec au moins un acte CCAM opératoire de la hiérarchie 07.03.06.10 « Colectomie » (soit 19 actes sur les 21 que comptent ce sous-paragraphe  : voir liste ci-dessous) ou un acte de résection recto-sigmoïdienne issu d’une partie de la hiérarchie 07.03.07.06 « Résection du rectum » (soit 6 actes sur les 13 du sous-paragraphe : voir liste ci-dessous)

Liste des actes CCAM opératoires de Colectomie
HHFA002    Colectomie gauche avec libération de l’angle colique gauche, avec rétablissement de la continuité, par cœlioscopie ou par laparotomie avec préparation par cœlioscopie
HHFA004    Colectomie totale avec conservation du rectum, avec anastomose iléorectale, par cœlioscopie ou par laparotomie avec préparation par cœlioscopie
HHFA005    Colectomie totale avec conservation du rectum, sans rétablissement de la continuité, par cœlioscopie ou par laparotomie avec préparation par cœlioscopie
HHFA006    Colectomie gauche avec libération de l’angle colique gauche, avec rétablissement de la continuité, par laparotomie
HHFA008    Colectomie droite avec rétablissement de la continuité, par cœlioscopie ou par laparotomie avec préparation par cœlioscopie
HHFA009    Colectomie droite avec rétablissement de la continuité, par laparotomie
HHFA010    Colectomie gauche sans libération de l’angle colique gauche, avec rétablissement de la continuité, par cœlioscopie ou par laparotomie avec préparation par cœlioscopie
HHFA014    Colectomie gauche sans libération de l’angle colique gauche, sans rétablissement de la continuité, par laparotomie
HHFA017    Colectomie gauche sans libération de l’angle colique gauche, avec rétablissement de la continuité, par laparotomie
HHFA018    Colectomie transverse, par laparotomie
HHFA021    Colectomie totale avec conservation du rectum, sans rétablissement de la continuité, par laparotomie
HHFA022    Colectomie totale avec conservation du rectum, avec anastomose iléorectale, par laparotomie
HHFA023    Colectomie transverse, par cœlioscopie ou par laparotomie avec préparation par cœlioscopie
HHFA024    Colectomie gauche avec libération de l’angle colique gauche, sans rétablissement de la continuité, par laparotomie
HHFA026    Colectomie droite sans rétablissement de la continuité, par laparotomie
HHFA028    Coloproctectomie totale avec anastomose iléoanale, par cœlioscopie ou par laparotomie avec préparation par cœlioscopie
HHFA029    Coloproctectomie totale sans rétablissement de la continuité, par cœlioscopie ou par laparotomie avec préparation par cœlioscopie
HHFA030    Coloproctectomie totale sans rétablissement de la continuité, par laparotomie
HHFA031    Coloproctectomie totale avec anastomose iléoanale, par laparotomie

Liste des actes CCAM de résection recto-sigmoïdienne : 
HJFA002    Résection rectosigmoïdienne avec anastomose colorectale infrapéritonéale, par laparotomie
HJFA004    Résection rectosigmoïdienne avec anastomose colorectale infrapéritonéale, par cœlioscopie ou par laparotomie avec préparation par cœlioscopie
HJFA006    Résection rectosigmoïdienne par laparotomie, avec anastomose coloanale par voie anale ou par abord transsphinctérien
HJFA011    Résection rectosigmoïdienne dépassant le cul-de-sac de Douglas, sans rétablissement de la continuité, par laparotomie
HJFA017    Résection rectosigmoïdienne par cœlioscopie ou par laparotomie avec préparation par cœlioscopie, avec anastomose coloanale par voie anale
HJFC031    Résection rectosigmoïdienne dépassant le cul-de-sac de Douglas, sans rétablissement de la continuité, par cœlioscopie

Source : Étude des délais de prise en charge du cancer du côlon en région Centre en 2013 – Rapport régional (Annexe 5)

Pour les utilisateurs PMSISoft MCO :
# utiliser le nouveau requêteur MCO en sélectionnant la famlle de codes CIM-10 dans le tableau « CIM-10 » et la famille d’actes CCAM dans le tableau « Actes CCAM »


#22 – Rattachement de la spécialité exécutant aux actes CCAM en ACE MCO

Aujourd’hui,le codage des actes CCAM en consultations externes MCO est capté dans les RSF ACE (pour les établissements ex-DGF) ou dans les RSF (pour les établissements ex-OQN) via 2 RSF : 
# RSF-ACE C ou RSF C avec le code de regroupement de l’acte (ADC, ADA, ACO, ATM, …), la spécialité de l’exécutant de l’acte (médecine générale, pédiatrie, ORL, ophtalmologie, dermato, …), la date de réalisation, la quantité et des informations liées au remboursement (prix unitaire, base de remboursement, ..)
# RSF-ACE M ou RSF M avec le code de l’acte dans la CCAM tarifante, la date de réalisation de l’acte, l’activité, les modulateurs et des informations liées au remboursement

Comme on le voit, les spécialités exécutant ne sont reliées qu’aux code de regroupement CCAM et non directement aux actes CCAM. Or, en analyse, il peut être intéressant de rattacher les actes CCAM à des spécialités exécutant pour, par exemple, produire les case mix d’actes CCAM codés par spécialité exécutant.

Techniquement, l’opération peut se faire en 2 étapes et 1 hypothèse : 
# Etape 1 : ajout du code regroupement associé à chaque acte CCAM des RSF-ACE M via le référentiel de la CCAM tarifante
# Hypothèse : pour une consultation donnée, 1 code regroupement CCAM est associé à une seule spécialité exécutant (voir discussion en dessous)
# Etape 2 : pour chaque consultation, jointure via le numéro d’entrée qui identifie la consultation en RF-ACE M et RSF-ACE C puis 2eme jointure pour chaque couple (acte CCAM-code regroupement) issu de l’étape 1 avec les couples (code regroupement-spécialité exécutant) issus du RSF-ACE C via le code regroupement commun.

Résultat = listes des actes CCAM avec leur spécialité exécutant.

Discussion : 
Dans une consultation donnée, on peut avoir plusieurs actes CCAM relevant d’un même code regroupement avec plusieurs spécialités exécutant associées. Mais ces situations sont à priori rares. Pour traiter ces cas, on peut alors tenir compte du prix unitaire de l’acte CCAM pour rattacher chaque acte CCAM au « bon » triplet (code regroupement, prix unitaire, spécialité exécutant) issu des RSF-ACE C.

Pour les utilisateurs PMSISoft MCO :
# filtre « Spécialité exécutant » dans l’écran « Base des ACE » (pour les établissements DGF) en sélectionnant l’onglet « CCAM ». Développement à venir pour les établissements MCO ex OQN

 


#21 – Racines de chirugie ORL

L’identification d’une chirurgie via le PMSI peut passer par une sélection des séjours classés dans une liste de racines de GHM, sachant que cette identification peut aussi se faire via la présence d’un ou plusieurs actes CCAM marqueurs.

La question est alors de choisir la bonne liste de racines de GHM. Il est intéressant de recourir à un référentiel « officiel » stable et reconnu.

Pour la chirurgie ORL, nous signalons un travail commun DGOS – société savante de chirurgie de 2016 réalisé dans le cadre du programme national de chirurgie ambulatoire qui a défini 30 racines de GHM de chirurgie ORL :
02C07 – Autres interventions extraoculaires, âge inférieur à 18 ans
02C08 – Autres interventions extraoculaires, âge supérieur à 17 ans
03C05 – Réparations de fissures labiale et palatine
03C06 – Interventions sur les sinus et l’apophyse mastoïde, âge inférieur à 18 ans
03C07 – Interventions sur les sinus et l’apophyse mastoïde, âge supérieur à 17 ans
03C09 – Rhinoplasties
03C10 – Amygdalectomies et/ou adénoïdectomies isolées, âge inférieur à 18 ans
03C11 – Amygdalectomies et/ou adénoïdectomies isolées, âge supérieur à 17 ans
03C12 – Interventions sur les amygdales et les végétations adénoïdes autres que les amygdalectomies et/ou les adénoïdectomies isolées, âge inférieur à 18 ans
03C13 – Interventions sur les amygdales et les végétations adénoïdes autres que les amygdalectomies et/ou les adénoïdectomies isolées, âge supérieur à 17 ans
03C14 – Drains transtympaniques, âge inférieur à 18 ans
03C15 – Drains transtympaniques, âge supérieur à 17 ans
03C16 – Autres interventions chirurgicales portant sur les oreilles, le nez, la gorge ou le cou
03C17 – Interventions sur la bouche
03C18 – Pose d’implants cochléaires
03C19 – Ostéotomies de la face
03C20 – Interventions de reconstruction de l’oreille moyenne
03C21 – Interventions pour oreilles décollées
03C24 – Interventions sur les glandes salivaires
03C25 – Interventions majeures sur la tête et le cou
03C26 – Autres interventions sur la tête et le cou
03C27 – Interventions sur les amygdales, en ambulatoire
03C28 – Interventions sur les végétations adénoïdes, en ambulatoire
03C29 – Autres interventions sur l’oreille, le nez ou la gorge pour tumeurs malignes
03C30 – Interventions sur l’oreille externe
09C12 – Interventions pour kystes, granulomes et interventions sur les ongles
10C05 – Interventions sur les parathyroïdes
10C07 – Interventions sur le tractus thyréoglosse
10C11 – Interventions sur la thyroïde pour tumeurs malignes
10C12 – Interventions sur la thyroïde pour affections non malignes

Source « Programme national de chirurgie ambulatoire – Indicateurs par spécialité » (sélectionner « ORL », télécharger l’excel pour l’année 2016 : voir onglet « Descriptif »)

PMSISoft MCO, le logiciel expert du PMSI MCO
Analyses d’activité MCO, contrôles qualités, aide au codage MCO, requêteur, référentiels métiers, reportings, simulation de groupage GHM-GHS et optimisation des recettes T2A.
Découvrir PMSISoft MCO


#20 – Codage des actes CCAM d’anesthésie sans extension documentaire

Le Guide Méthodologique du PMSI MCO indique très clairement (chapitre 2.2.2.2) :  » La saisie du code extension documentaire est obligatoire pour les actes d’anesthésie. Son omission est toujours considérée comme une erreur non bloquante. Il s’agira d’une erreur bloquante ultérieuremen ».

Les extensions documentaires possibles pour les actes d’anesthésie sont documentées au chapitre 4.1.1.4 du guide de la CCAM à usage PMSI et sont au nombre de 6 : 
1 = anesthésie générale
2 = anesthésie locorégionale péridurale ou épidurale
3 = anesthésie locorégionale subarachnoïdienne [rachianesthésie] 
4 = anesthésie locorégionale plexique ou tronculaire
5 = anesthésie locorégionale intraveineuse
6 = anesthésie générale avec anesthésie locorégionale. 

Cette erreur non bloquante est repérée par GENRSA ou AGRAF MCO via l’erreur C170 « Extension documentaire obligatoire pour un acte CCAM mais absente ».

Aussi surprenant que cela puisse être, plusieurs établissements MCO utilisateurs PMSISoft MCO nous ont remonté détecter régulièrement de telles erreurs dans leurs fichier d’erreurs à l’occasion des envois ePMSI, leurs logiciels PMSI de saisie n’obligeant pas systématiquement l’enregistrement d’une valeur valable d’extension documentaire pour chaque codage CCAM d’anesthésie.

La requête peut se faire directement dans le fichier des RSS sachant que la position relative de l’activité et de l’extension documentaire est fixe dans les « blocs » correspondant à chaque codage CCAM. Au format 118 de 2018, l’activité est codée sur 1 position à la 20eme position du « bloc » CCAM et l’extension documentaire sur 1 position à la 21 position. La requête sera alors une boucle sur tous les codages CCAM avec activité = 4 et extension documentaire <> {1,2,3,4,5,6}

Une étude intéressante en lien avec le sujet = le case mix des extensions documentaires codés au moins 1 fois pour chaque acte d’anesthésie sachant que certains actes d’anesthésie interdisent certaines extensions documentaires. Nous n’avons pas toutefois à ce jour de retour sur l’intérêt d’une telle étude.

Pour les utilisateurs PMSISoft MCO :
# écran « Base des actes CCAM MCO » (Vue codage MCO) en filtrant l’activité = 4 : voir colonne « Ext. doc. ARE ». Les actes CCAM recherchés sont ceux avec 0 ou aucune valeur dans cette colonne.


#19 – Racines de chirugie digestive

L’identification d’une chirurgie via le PMSI peut passer par une sélection des séjours classés dans une liste de racines de GHM, sachant que l’approche par la présence d’un ou plusieurs actes CCAM marqueurs fonctionne aussi très bien.

La question est alors de choisir la bonne liste de racines de GHM. Il est intéressant de recourir à un référentiel « officiel » stable et reconnu.

Pour la chirurgie digestive, nous signalons un travail commun DGOS – société savante de chirurgie de 2016 réalisé dans le cadre du programme national de chirurgie ambulatoire qui a défini 47 racines de GHM de chirurgie digestive :
06C03 – Résections rectales
06C04 – Interventions majeures sur l’intestin grêle et le côlon
06C05 – Interventions sur l’oesophage, l’estomac et le duodénum, âge inférieur à 18 ans
06C07 – Interventions mineures sur l’intestin grêle et le côlon
06C08 – Appendicectomies compliquées
06C09 – Appendicectomies non compliquées
06C10 – Interventions réparatrices pour hernies et éventrations, âge inférieur à 18 ans
06C12 – Interventions réparatrices pour hernies inguinales et crurales, âge supérieur à 17 ans
06C13 – Libérations d’adhérences péritonéales
06C14 – Interventions sur le rectum et l’anus autres que les résections rectales
06C15 – Autres interventions sur le tube digestif en dehors des laparotomies
06C16 – Interventions sur l’oesophage, l’estomac et le duodénum pour tumeurs malignes, âge supérieur à 17 ans
06C19 – Hémorroïdectomies
06C20 – Interventions sur l’oesophage, l’estomac et le duodénum pour ulcères, âge supérieur à 17 ans
06C21 – Autres interventions sur le tube digestif par laparotomie
06C22 – Interventions sur l’oesophage, l’estomac et le duodénum pour affections autres que malignes ou ulcères, âge supérieur à 17 ans
06C23 – Certaines interventions pour stomies
06C24 – Cures d’éventrations postopératoires, âge supérieur à 17 ans
06C25 – Interventions réparatrices pour hernies à l’exception des hernies inguinales, crurales, âge supérieur à 17 ans
07C06 – Interventions diagnostiques sur le système hépato-biliaire et pancréatique pour affections malignes
07C07 – Interventions diagnostiques sur le système hépato-biliaire et pancréatique pour affections non malignes
07C08 – Autres interventions sur le système hépato-biliaire et pancréatique
07C09 – Interventions sur le foie, le pancréas et les veines porte ou cave pour tumeurs malignes
07C10 – Interventions sur le foie, le pancréas et les veines porte ou cave pour affections non malignes
07C11 – Dérivations biliaires
07C12 – Autres interventions sur les voies biliaires sauf cholécystectomies isolées
07C13 – Cholécystectomies sans exploration de la voie biliaire principale pour affections aigües
07C14 – Cholécystectomies sans exploration de la voie biliaire principale à l’exception des affections aigües
09C08 – Interventions sur la région anale et périanale
09C10 – Autres interventions sur la peau, les tissus sous-cutanés ou les seins
09C13 – Interventions pour condylomes anogénitaux
09C14 – Certains curages lymphonodaux pour des affections de la peau, des tissus sous-cutanés ou des seins
09C15 – Interventions sur la peau, les tissus sous-cutanés ou les seins pour lésions traumatiques
10C02 – Interventions sur l’hypophyse
10C03 – Interventions sur les glandes surrénales
10C05 – Interventions sur les parathyroïdes
10C07 – Interventions sur le tractus thyréoglosse
10C08 – Autres interventions pour troubles endocriniens, métaboliques ou nutritionnels
10C09 – Gastroplasties pour obésité
10C10 – Autres interventions pour obésité
10C11 – Interventions sur la thyroïde pour tumeurs malignes
10C12 – Interventions sur la thyroïde pour affections non malignes
10C13 – Interventions digestives autres que les gastroplasties, pour obésité
15C02 – Interventions majeures sur l’appareil digestif, groupes nouveau-nés 1 à 7
16C02 – Interventions sur la rate
27C02 – Transplantations hépatiques
27C03 – Transplantations pancréatiques

Source « Programme national de chirurgie ambulatoire – Indicateurs par spécialité » (sélectionner Digestif, télécharger l’excel pour l’année 2016 : voir onglet « Descriptif »)

Pour les utilisateurs PMSISoft MCO :
# sélection via le filtre « RGHM » qui est un filtre multi-choix
# nouvelle fonctionnalité en cours de développement : possibilité de paramétrer des listes de GHM, RGHM, GA, actes CCAM et codes CIM-10 en leur attribuant un intitulé (donc par exemple la liste de ces RGHM avec l’intitulé « Chirurgie Orthopédique ») et de filtrer dans les écrans via ces listes. Mise à disposition : fin juillet.


#18 Identifier l’activité de coronarographie

Identifer une activité à des fins d’analyse, de contrôle qualité, d’optimisation, de reporting ou de santé publique peut se faire par une sélection via les GHM (voir #16 Racines de chirurgie orthopédique), mais aussi par une sélection d’actes CCAM bien choisis. 

Un exemple typique est l’identification de l’activité de coronarographie. 

La sélection des séjours avec au moins 1 acte de coronarographie par les GHM n’a pas de sens car ces actes de coronarographie sont répartis dans une multitude de prises en charge et pas seulement dans les GHM « naturels »  attendus. On va ainsi par exemple pouvoir retrouver possiblement l’acte de coronarographie DDQH009 « Artériographie coronaire sans ventriculographie gauche, par voie artérielle transcutanée »dans des séjours en 05M04 « Infarctus du myocarde » ou en 23M20 « Autres symptômes et motifs de recours aux soins de la CMD 23 », etc…. et pas seulement dans les séjours des racines attendues 05K10 « Actes diagnostics, par voie vasculaire » ou 05K06 « Endoprothèses vasculaires, sans infarctus du myorcarde ».

L’identification cette activité se fera donc via la liste des actes CCAM de coronarographie telle que définie au sous-paragraphe 4.1.1.1 de la CCAM « Artériographie coronaire [Coronarographie] » : 
# DDQH006 Angiographie de pontage coronaire, par voie artérielle transcutanée
# DDQH009 Artériographie coronaire sans ventriculographie gauche, par voie artérielle transcutanée
# DDQH010 Artériographie coronaire avec ventriculographie gauche et artériographie thoracique [mammaire] interne unilatérale ou bilatérale, par voie artérielle transcutanée
# DDQH011 Artériographie coronaire avec angiographie d’un pontage coronaire et ventriculographie gauche, par voie artérielle transcutanée
# DDQH012 Artériographie coronaire avec ventriculographie gauche, par voie artérielle transcutanée
# DDQH013 Artériographie coronaire avec angiographie de plusieurs pontages coronaires sans ventriculographie gauche, par voie artérielle transcutanée
# DDQH014 Artériographie coronaire avec angiographie d’un pontage coronaire sans ventriculographie gauche, par voie artérielle transcutanée
# DDQH015 Artériographie coronaire avec angiographie de plusieurs pontages coronaires et ventriculographie gauche, par voie artérielle transcutanée

Quelques indicateurs possibles pour mesurer cette activité :
# nombre total de réalisations en activité 1 de ces actes 
# nombre de séjours concernés par un acte de coronarographie
# total ICR des actes de coronarographie
# nombre de patients concernés par au moins 1 acte de coronarographie

Pour les utilisateurs PMSISoft MCO
# écran « Case mix CCAM MCO » et sélection « DDQH » dans le filtre « CCAM » (= sélection de toute l’activité des actes commençant par DDQH) : les séjours concernés, total des réalisations et des ICR par acte de coronarographie

 


#17 Comptage des patients via leur pseudo-NIP

Même si l’unité de base en PMSI MCO est le séjour, on est régulièrement amené à considérer des comptages de patients pour de l’analyse de suite de séjours par patient par exemple ou pour du reporting.

Se pose alors la question de l’identification des patients à partir des fichiers PMSI. La solution la plus « pure » à priori consiste à rapprocher les fichiers rss-rsa d’avec les fichiers vidhosp-anohosp ou rsf-rsfa selon les établissements via le champ commun NAS (champ de jointure) puis en identifiant le numéro d’identificaton des patients dans les fichiers vidhosp-anohosp ou rsf-rsfa.

Cette approche est souvent lourde car elle suppose de nombreuses manipulations de fichiers et une exhaustivité à jour entre les fichiers rss et les fichiers administratifs.

En pratique, on pourra donc privilégier une autre approche consistant à ne travailler qu’avec les rss en générant des pseudo-NIP à partir du sexe, du code postal et de la date de naissance des patients dans chaque séjour (par exemple en concaténant ces 3 champs).

Cette approche présente 2 biais : 
# 2 patients nés le même jour, de même sexe et habitant dans le même CP (cas qui n’arrive jamais) seront confondus
# patients qui changent de CP seront disjoints à tort (cas rares) lors d’un nouveau séjour

Des médecins DIM utilisateurs de nos logiciels ont comparé les 2 approches sur des périmètres identiques. Leur retour est très clair : l’inconvénient des quelques variations dans le nombre de patients (quand elles existent) est sans commune mesure avec l’avantage de travailler directement sur les rss avec une très bonne qualité d’analyse.

Pour les utilisateurs PMSISoft MCO
# les nombres de patients des écrans du menu « Vue Patient » (« Synthèse Patients », « Age des patients », « Suivi des patients », …) sont calculés à partir des pseudo-NIP
# écran « Base des VID-HOSP MCO » pour le comptage du nombre de patients directement à partir des NIP

 


#16 Racines de chirugie orthopédique

L’identification d’une chirurgie via le PMSI peut passer par une sélection des séjours classés dans une liste de racines de GHM, sachant que l’approche par la présence d’un ou plusieurs actes CCAM marqueurs fonctionne aussi très bien.

La question est alors de choisir la bonne liste de racines de GHM. Dans ce cadre, il est intéressant de s’appuyer sur un référentiel « officiel » stable et reconnu.

Pour la chirurgie orthopédique, nous signalons un travail commun DGOS – société savante de chirurgie de 2016 réalisé dans le cadre du programme national de chirurgie ambulatoire qui a défini 48 racines de GHM de chirurgie orthopédique :
01C03 – Craniotomies pour traumatisme, âge supérieur à 17 ans
01C04 – Craniotomies en dehors de tout traumatisme, âge supérieur à 17 ans
01C05 – Interventions sur le rachis et la moelle pour des affections neurologiques
01C06 – Interventions sur le système vasculaire précérébral
01C08 – Interventions sur les nerfs crâniens ou périphériques et autres interventions sur le système nerveux
01C14 – Libérations de nerfs superficiels à l’exception du médian au canal carpien
01C15 – Libérations du médian au canal carpien
08C04 – Interventions sur la hanche et le fémur, âge inférieur à 18 ans
08C06 – Amputations pour affections de l’appareil musculosquelettique et du tissu conjonctif
08C12 – Biopsies ostéoarticulaires
08C13 – Résections osseuses localisées et/ou ablation de matériel de fixation interne au niveau de la hanche et du fémur
08C14 – Résections osseuses localisées et/ou ablation de matériel de fixation interne au niveau d’une localisation autre que la hanche et le fémur
08C20 – Greffes de peau pour maladie de l’appareil musculosquelettique ou du tissu conjonctif
08C21 – Autres interventions portant sur l’appareil musculosquelettique et le tissu conjonctif
08C22 – Interventions pour reprise de prothèses articulaires
08C24 – Prothèses de genou
08C25 – Prothèses d’épaule
08C27 – Autres interventions sur le rachis
08C29 – Interventions sur le tissu mou pour tumeurs malignes
08C31 – Interventions sur la jambe, âge inférieur à 18 ans
08C32 – Interventions sur la jambe, âge supérieur à 17 ans
08C33 – Interventions sur la cheville et l’arrière-pied à l’exception des fractures
08C34 – Interventions sur les ligaments croisés sous arthroscopie
08C35 – Interventions sur le bras, coude et épaule
08C36 – Interventions sur le pied, âge inférieur à 18 ans
08C37 – Interventions sur le pied, âge supérieur à 17 ans
08C38 – Autres arthroscopies du genou
08C39 – Interventions sur l’avant-bras
08C40 – Arthroscopies d’autres localisations
08C42 – Interventions non mineures sur les tissus mous
08C43 – Interventions non mineures sur la main
08C44 – Autres interventions sur la main
08C45 – Ménisectomie sous arthroscopie
08C46 – Autres interventions sur les tissus mous
08C47 – Prothèses de hanche pour traumatismes récents
08C48 – Prothèses de hanche pour des affections autres que des traumatismes récents
08C49 – Interventions sur la hanche et le fémur pour traumatismes récents, âge supérieur à 17 ans
08C50 – Interventions sur la hanche et le fémur sauf traumatismes récents, âge supérieur à 17 ans
08C51 – Interventions majeures sur le rachis pour fractures, cyphoses et scolioses
08C52 – Autres interventions majeures sur le rachis
08C53 – Interventions sur le genou pour traumatismes
08C54 – Interventions sur le genou pour des affections autres que traumatiques
08C55 – Interventions sur la cheville et l’arrière-pied pour fractures
08C57 – Libérations articulaires du membre inférieur à l’exception de la hanche et du pied
08C58 – Arthroscopies de l’épaule
08C59 – Ténosynovectomies du poignet
08C60 – Interventions sur le poignet autres que les ténosynovectomies
21C04 – Interventions sur la main ou le poignet à la suite de blessures

Source « Programme national de chirurgie ambulatoire – Indicateurs par spécialité » (sélectionner Orthopédie, télécharger l’excel pour l’année 2016 : voir onglet « Descriptif »)

Pour les utilisateurs PMSISoft MCO :
# sélection via le filtre « RGHM » qui est un filtre multi-choix
# nouvelle fonctionnalité en cours de développement : possibilité de paramétrer des listes de GHM, RGHM, GA, actes CCAM et codes CIM-10 en leur attribuant un intitulé (donc par exemple la liste de ces RGHM avec l’intitulé « Chirurgie Orthopédique ») et de filtrer dans les écrans via ces listes. Mise à disposition : fin juillet.


#15 Séjours potentiellement non justifiés en HdJ selon le nombre de venues

En 2016, la DGOS avait publié une instruction relative aux priorités nationales de contrôles externes de la tarification à l’activité rappelant que toute prise en charge pouvant habituellement être réalisée dans le cadre des actes et consultations externes ne pouvait donner lieu à la facturation d’un GHS.

Parmi les contrôles décrits dans cette instruction, outre le très classique « séjours d’HdJ dans lesquels seuls des actes ou des consultations externes ont été réalisés », il y en avait un qui a retenu notre attention :
# les venues itératives, hors séances, en hôpital de jour médical : au moins trois venues par mois durant 2 mois consécutifs.
Il était aussi précisé « Font l’objet d’un moratoire les prises en charges en diabétologie et celles relevant de la CMD 19 (psychiatrie), de la CMD 20 (addictologie), de la CMD 27 (greffes) »

Une requête logiquement optimisée pour repérer ces séjours pourra donc être : 
# Séjours HdJ 
# hors racines de GHM 10M02 « Diabète, âge supérieur à 35 ans » et 10M03 « Diabète, âge inférieur à 36 ans » et hors CMD 19, 20, 27 
# avec >=3 venues dans au moins 1 mois civil
# avec >= 3 venues dans le mois suivant le mois repéré à l’étape précédente 

Même si ce contrôle ne fait pas parti de la liste des priorités nationales de contrôle 2018 (voir article « Les 7 priorités nationales de contrôle T2A pour 2018« ), nous pensons qu’il peut avantageusement être ajouté à la liste des contrôles PMSI des établissements MCO.

Pour les utilisateurs PMSISoft MCO :
# Nous venons d’ajouter cette requête dans l’écran « Suivi des patients MCO » (Vue Patient) das le filtre « Atypies » sous l’intitulé « Venues itératives en HdJ »


#14 Cas particuliers des CMD 15 et 28 dans les reportings d’activité issus du PMSI

# CMD 15 « Nouveau-nés, prématurés et affections de la période périnatale » et calcul de l’âge moyen.

Dans cette CMD 15, les âges sont calculés en journées, alors que dans les autres CMD, l’âge est calculé en anné. Si cette CMD n’est pas exclue du calcul, les âges des RUM ou séjours de la CMD 15 seront calculés à 0 an dans le calcul global de l’âge moyen, ce qui rend le calcul de la moyenne de l’âge sans signification. 

Il faudra donc calculer un âge moyen en journées pour les séjours de la CMD 15 et  un âge moyen en année pour les séjours hors CMD 15.

# CMD 28 « Séances » et calcul des nombres de séjour

Avec la généralisation de la consigne « 1 séance = 1 rss », le nombre de séjours représentés par la CMD 28 est disproportionné par rapport au nombre total de séjours. 

Un nombre de séjours (et tous les indicateurs dépendants : nombre moyen de séjours par exemple) calculé avec une activité de séances n’a aucun sens.

Il faudra donc calculer un nombre de séjours pour les séjours hors CMD 28 et un nombre de séances pour l’activité en CMD 28.

Commentaires : 
# la distiction entre activité HC et HP s’impose aussi par ailleurs.
# il y a aussi le cas, aujourd’hui rarissime, des séjours groupés en erreur (CMD 90) à considérer.

Pour les utilisateurs PMSISoft MCO
# pour les reportings d’activité, voir écrans « Synthèse Activité MCO », « Synthèse GHM » et « Synthèse Patients MCO » et utiliser les filtres CMD, RGHM, GHM, GA, DA, GP et Type GHM


#13 Cohérence des codages CCAM opératoires en activité 1 et en activité 4

Etant donné les volumes d’actes CCAM opératoires codés, il peut arriver que certains codages d’anesthésie soient oubliés, d’autant plus que la plupart des logiciels PMSI n’alertent pas à l’enregistrement du codage s’il manque le codage de l’acte d’anesthésie associé (activité 4).

Même si ces situations sont rares, il convient de les repérer pour les corriger.

Pour ce faire, une requête de repérage peut être :
RUM avec un acte opératoire codé une seule fois en excluant les actes opératoires réalisés en activité 1 en 2 phases (voir Commentaires) et les actes opératoires sans anesthésie (voir Commentaires).

Commentaires : 
# Exemple d’un acte opératoire réalisé en 2 phases en activité 1 : HKPA007 « Mise à plat d’abcès et/ou de fistule haut de l’anus [transsphinctérien supérieur] ou à trajet complexe multiramifié, avec drainage par anse souple ». Cet acte va alors généralement être codé 3 fois dans le RUM (1 fois en activité 1 pour la phase 1, 1 fois en activité 1 pour la phase 2 et 1 fois en activité 4 pour l’anesthésie)
# Exemples d’actes opératoires sans anesthésie : exérèses opératoires (QZFA004), séances d’irradiation externe (ZZNL063, ZZNL064), accouchements céphaliques (JQGD010, JQGD012), etc….
# La requête permet, dans l’absolu, de repérer aussi des situations de codage Ccam avec seulement l’acte d’anesthésie. En pratique cette situation n’arrive presque jamais
# Rappel : toujours revenir au dossier pour justifier ou pas le codage complémentaire de l’acte opératoire d’anesthésie

Pour les utilisateurs PMSISoft MCO
# écran « Case mix CCAM MCO » : colonnes « Activité 1 » et « Activité 4 » = total des réalisations en activité 1 et en activité 4 de chaque acte CCAM codé au moins 1 fois


#12 Le total ICR de bloc / séjour comme seuil de codage CCAM des séjours de chirurgie

Un moyen rapide et efficace de repérer des sous ou sur-codages CCAM pour de nombreuses prises en charge standardisées de chirurgie consiste à calculer le total des ICR de bloc des actes CCAM de ces séjours.

Si, pour une prise en charge donnée (identifiée via une racine de GHM ou un DP caractéristique), le total des ICR de bloc des actes ccam, calculés pour plusieurs séjours, est identique ou varie rarement, on peut alors considérer ce résultat comme un « seuil » représentatif du codage des actes ccam pour la prise en charge.

Exemple type :
# Pour les séjours avec DP H269 « Cataracte sans précision » en DGF en 2018, une configuration standard en codage ccam = 1 x BELB001 « Injection de substance inerte ou organique dans la chambre antérieure de l’œil, par voie transcornéenne [Reformation de la chambre antérieure] » (ICR = 57) + 2 x BFGA004 « Extraction extracapsulaire du cristallin par phakoémulsification, avec implantation de cristallin artificiel dans la chambre postérieure de l’œil » (ICR = 152)en considérant l’anesthésie, soit un total ICR (sous-entendu ICR de bloc) = 361

Remarques : 
# cette approche s’avère plus précise que simplement considérer le nombre d’actes ccam par RSS, l’écart au « seuil » indiquant souvent l’acte ccam manquant via son ICR. Si on reprend l’exemple plus haut, un total de 304 (=361-57) voudra très vraisemblablement dire que le codage du BELB001 aura été oublié.
# on peut affiner en tenant compte des ICR d’anesthésie

Pour les utilisateurs PMSISoft MCO
# écran « Actes CCAM MCO et séjours » : filtre des séjours de chirurgie (« Type GHM » = C) puis tri sur la colonne « GHM » et voir la colonne « ICR » (= total ICR de bloc du séjour)
# écran « Détail du RUM » : total ICR au dessus du tableau des actes ccam et ICR de chaque acte ccam dans la colonne « ICR »


#11 Repérage rigoureux des codages CIM-10 imprécis 

La volumétrie et l’hétérogénéité des situations font qu’il y aura toujours des codages médicaux CIM-10 imprécis, certains d’ailleurs à juste titre, faute d’informations dans le dossier justifiant un codage précis.

En contrôle qualité, les services DIM se doivent toutefois de surveiller l’évolution de ces codages CIM-10 imprécis à des fins éventuelles de recodage.

Pour ce faire, on ne saurait se contenter de la « chasse » aux seuls codes en 9.

Une approche rigoureuse consiste à rapprocher le case mix des codages CIM-10 (= liste des codages CIM-10 codés au moins 1 fois, indépendamment de leur position) avec la colonne « IMPRECIS » du fichier excel DIAGINFOS qui est une table Ovalide.

Cela permet de distinguer les codages imprécis (= 1 dans la colonne « Imprécis » de la table Ovalide) des codages très imprécis » (= 2) et donc de prioriser les recodages.

Commentaires sur la table Ovalide et sa colonne « Imprécis » : 
# On constatera que les codages imprécis ne se terminent effectivement pas tous par 9 et qu’à l’inverse des codages terminés en 9 ne sont pas considérés comme imprécis
# C’est ce référentiel qui est utilisé pour les identifications des tableaux [1.Q.5.DPI] « Nombre de séjours avec un code imprécis en DP », [1.Q.5.DRI] « Nombre de séjours avec un code imprécis en DR » et [1.Q.5.DAI] « Nombre de séjours avec un code imprécis en DA »

Pour les utilisateurs PMSISoft MCO
# écran « Précision de codage des diagnostics médicaux MCO » : la colonne « Propositions diagnostics plus précis » liste les codages plus précis possibles par rapport à chaque codage repéré comme imprécis ou très imprécis.

 


#10 Le test de groupage « Tous les actes CCAM du RSS »

Parmi les tests assurant le groupage d’un RSS qui sont décrits dans le volume 3 du manuel de groupage des GHM, on s’intéresse aujourd’hui au test « Tous les actes CCAM du RSS » représenté par un cercle avec un A à l’intérieur et un contour en gras.

Ce test de type « Oui/Non » teste si tous les actes ccam opératoires codés au moins 1 fois dans le ou les RUM du séjour sont dans la liste indiquée. Il n’est représenté qu’une seule fois dans la configuration suivante : 
Si tous les actes CCAM opératoires du séjour relèvent de la liste A-021 « Amygdalectomie ou adénoïdectomie isolée » (= 5 actes en FAFA), le séjour sera classé en racine 03C11 « Amygdalectomies et/ou adénoïdectomies isolées, âge supérieur à 17 ans » (ou 03C10 si âge < 18 ans). Sinon, le séjour sera groupé dans une racine en 03C13 (ou 03C12 si < 18 ans), 03C15 (ou 03C14 si < 18 ans), en 03C29, en 03C17, en 03C16 ou en 03C30

Exemple fictif mais réaliste : un séjour > 0 jour >= 18 ans avec un DP C099 « Tumeur maligne de l’amygdale, sans précision » (DP entrant en CMD 03) et les 3 actes ccam FAFA014 « Amygdalectomie par dissection », ZZQX092 « Examen immunocytochimique ou immunohistochimique de prélèvement cellulaire ou tissulaire fixé, avec 10 anticorps ou plus, sans quantification du signal » et ZZQX180 « Examen anatomopathologique de pièce d’exérèse de 2 structures anatomiques » sera classé en 03C11 car tous les actes opératoires du séjour, représentés par le seul FAFA014, sont dans la liste A-021, les 2 autres actes ccam d’examen ZZQX092 et ZZQX180 n’étant pas opératoires.

Autre exemple fictif à contrario : un séjour > 0 jour >= 18 ans avec un DP J353 « Hypertrophie des amygdales et des végétations adénoïdes » (DP entrant en CMD 03) et les 2 actes ccam opératoires FAFA015 « Amygdalectomie par dissection, avec adénoïdectomie » et FASD001 « Hémostase secondaire à une amygdalectomie ou une adénoïdectomie » ne sera pas classé en 03C11 car; si l’acte opératoire FAFA015 est bien dans la liste A-021, en revanche, l’acte FASD001 n’y est pas. Donc tous les actes opératoires ne sont pas la liste A-021 et le test est négatif.


#9 Que faire si plusieurs DP sont candidats ?

Il peut arriver que l’analyse d’un dossier amène plusieurs DP possibles comme candidats au codage dans le RUM.

C’est une situation qui peut se rencontrer en médecine gériatrique, dans une UGA par exemple où, à la fin du séjour, on constate que plusieurs problèmes de santé ont motivé l’admission.

Ce cas est prévu dans le Guide Méthodologique du PMSI MCO via la règle de codage M1 « Le DP étant le problème de santé qui a motivé l’admission, une telle circonstance ne peut être que rare. Le DP, déterminé à la sortie de l’UM, est alors celui des problèmes qui a mobilisé l’essentiel des efforts de soins. »

L’arbitrage entre les DP candidats se fait donc via l' »ancienne » règle du DP. 

Bonnes pratiques dans ces situations : 
# coder en DAS le ou les DP candidats non retenus
# documenter à minima le choix du DP finalement retenu en se référant à cette règle M1
# rappeler à l’équipe PMSI cette règle en communiquant sur le fait que ces situations existent et sont normales

Par curiosité, notons qu’il existe aussi une règle M2, qui affine la règle M1 dans des cas très rares « Dans le cas où les deux problèmes auraient mobilisé des efforts d’importance comparable, c’est-à-dire dans le cas de prises en charge équivalentes, et dans ce cas seulement, le choix du DP parmi les ex æquo est laissé à l’établissement de santé »


#8 Analyse de l’activité de la CMD 28 par les séances ou par les actes CCAM ?

Les consignes de codage des séances de la CMD 28 dans le Guide Méthodologique MCO (chapitre VII) sont très incitatives à générer 1 RSS par séance : « il est fortement recommandé aux établissements de santé de produire dans tous les cas un RSS par séance (RSS-séance) afin de se préparer à la facturation individuelle des établissements de santé (Fides) à l’assurance maladie ».

La séance est entendue comme « une venue dans un établissement de santé — « venue pour séance » — limitée à une journée (dates d’entrée et de sortie égales) ou à une nuit en cas de séance nocturne (date de sortie supérieure de 1 à la date d’entrée) ». Par ailleurs « à une date calendaire donnée, il ne peut être réalisé qu’une séance et une seule ».

Et de fait, aujourd’hui, l’écrasante majorité des établissements MCO suit cette consigne « 1 RSS par séance ».

Se pose alors la question de la mesure de l’activité dans la CMD 28 : comptage du nombre de rss (et donc du nombre de séances) ou comptage du nombre d’actes CCAM réalisés dans les rss-séances ?

Sachant que la 1ere option est plus « facile » à produire que la seconde. Il va donc s’agir d’être pragmatique selon le type de séances.

Exemples :
#  pour les séances d’hémodialyse prises en charge dans une unité d’hémodialyse en centre (GHM 28Z04Z et GHS 9605), le comptage réel de l’activité doit se faire via le comptage des actes en JVJF008, JVJF004, etc…pour bien tenir compte de toutes les séances d’épuration extrarénale (cf le cas de 2 séances dans la journée).
# pour les séances de chimiothérapie pour affection non tumorale (GHM 28Z17Z), on pourra se contenter du comptage des rss-séances sachant que la plupart de ces rss n’ont pas d’actes ccam codés et que les actes ccam qui peuvent être codés correspondent à des actes techniques « d’accompagnement » de la séance de chimiothérapie et ne signifient pas qu’il y aurait eu plusieurs séances de chimiothérapie le même jour.

Pour les utilisateurs PMSISoft MCO
# écran « Base des RSS » en filtrant les types de séances : colonne « CCAM » = nombre d’actes ccam du RSS (donc ici des RSS de séances)
# écran « Case mix CCAM MCO » – onglet « Case mix GHM » : par GHM, nombre de séjours, d’actes ccam codés au moins 1 fois et liste des actes ccam codés dans les séjours avec le GHM


#7 – Intérêt du calcul de l’IGS SRC des RUM pour l’identification des suppléments journaliers SRC manquants

Il y a quelques temps, à la demande de médecins DIM utilisateurs de PMSISoft MCO qui s’intéressent aux suppléments SRC dans leurs UM à autorisation de surveillance continue (03A,14A,14B), nous avons développé, pour tous les RUM de ces UM, le calcul de l’IGS utilisé dans l’algorithme SRC (voir article « Algorithme de calcul des suppléments SRC (Surveillance Continue) MCO« ), que nous avons appelé « IGS_SRC », à savoir : 
Si âge <= 39 ans, IGS_SRC = IGS du RUM
Si âge >= 40 ans et <= 59 ans, IGS_SRC = IGS du RUM – 7
Si âge >= 60 ans et <= 69 ans, IGS_SRC = IGS du RUM – 12
Si âge >= 70 ans et <= 74 ans, IGS_SRC = IGS du RUM – 15
Si âge >= 75 ans et <= 79 ans, IGS_SRC = IGS du RUM – 16
Si âge >= 80 ans, IGS_SRC = IGS du RUM – 18

Les retours sont : 
# une grande part des RUM avec suppléments SRC est sélectionnée via un IGS_SRC >= 15 (cas 3 de l’algorithme SRC). 
Remarque : théoriquement ces RUM auraient aussi pu être sélectionnés via le cas 4, le cas 1 ou le cas 2 de l’algorithme SRC. On a pas d’information à ce jour sur la part des RUM sélectionnés car ayant un IGS_SRC  >=15 et qui ne l’auraient pas été sinon.
# si on considère aussi les RUM avec suppléments SRC sélectionnés car ayant un IGS_SRC >=7 et un diagnostic DP, DR ou DAS du RUM correspond à un diagnostic de la liste 1 de l’annexe 8 de l’arrêté Forfait MCO (cas 2 de l’algorithme SRC), on est presque à 100% des RUM sélectionnés par l’agorithme SRC

Il peut donc être intéressant de s’intéresser aux RUM des UM de surveillance continue sans suppléments SRC avec un IGS_SRC = 14 par exemple (revoir le score de Glasgow ?) ou avec un IGS_SRC compris entre 7 et 14 (codage manquant en DAS d’un diagnostic de la liste 1 de l’annexe 8 de l’arrêté Forfait MCO ?)

Pour les utilisateurs PMSISoft MCO
# écran « Suppléments journaliers MCO » (vue Financière MCO) : voir colonne « IGS_SRC » pour les RUM sélectionnés par l’algorithme SRC avec les valorisation du supplément
# écran « Actes CCAM et RUM » en sélectionnant les UM de surveillance continue : voir colonne IGS_SRC pour repérer les RUM avec un IGS_SRC à 14 par exemple ou >=7
# liste des diagnostics de la liste 1 de l’annexe 8 de l’arrêté Forfait MCO en lecture ou exportable sur excel dans l’écran « CIM-10 MCO » (vue Référentiels)


#6 – Identification de séjours via le codage CCAM : l’exemple de la cardiologie interventionnelle

Par défaut, les filtres pour isoler une population de séjours pour du reporiting ou de l’analyse sont, outres les périodes et les UM, les niveaux de classification (GHM, racine de GHM, CM, GA, GP, CMD). 

Pour des populations très « différenciées » il peut être plus intéressant de repérer les séjours via la présence d’un ou de plusieurs actes ccam codé(s) au moins 1 fois dans un RUM du séjour. 

Cela suppose évidemment de disposer d’une liste de référence d’actes ccam « marqueurs » de la population recherchée. 

Pour certains périmètres, il existe des listes à jour. Exemple avec la liste des actes ccam de la cardiologie interventionnelle disponible en annexe du « Document de travail – Identification des activités de soins dans le champ MCO pour l’activité 2018« 

La comparaison avec une approche par GHM est souvent intéressante. Exemple : séjours repérés comme relevant de la cardiologie interventionnelle par la présence d’un acte « marqueur » mais pas classés dans un GHM de cardiologie ou pas localisés dans une UM attendue.

On pourra aussi utiliser les listes d’actes ccam en A- du manuel de groupage (Volume 2) comme listes de référence.

Pour les utilisateurs PMSISoft MCO
# écran « Actes CCAM et séjours » et filtre « Acte Ccam » (= sélection des séjours avec l’acte ccam sélectionné qui est codé au moins 1 fois) ou filtre « Liste actes ccam » (= sélection des séjours avec au moins 1 acte sélectionné parmi les listes en A- du manuel de groupage qui est codé)
# écran « Case mix CCAM » onglet « Case mix GHM » et filtre « Acte CCAM » = sélection des GHM avec calcul du nombre de séjours ayant au moins 1 acte CCAM sélectionné qui est codé
# nous préparons la possibilité d’importer, en paramétrage, des listes libres d’actes ccam (exemple : la liste des actes de neurochirurgie) et de filtrer les séjours via ces listes, donc d’identifier les séjours avec au moins 1 acte de la liste sélectionnée qui est codé. Mise à disposition prévue en juillet.


#5 – Le contrôle du codage des DR des séjours avec DP en Z08 ou Z09

Lorsque le DP d’un séjour est en Z08 « Examen de contrôle après traitement d’une tumeur maligne » (Z080,Z081,Z082,Z087,Z088,Z089) ou en Z09 « Examen de contrôle après traitement d’affections autres que les tumeurs malignes » (Z090,Z091,Z092,Z093,Z094,Z097,Z098,Z099), c’est le DR du séjour qui est pris en compte à la place du DP pour orienter le séjour au sein de l’algorithme de groupage (orientation en CMD, orientation en racine de GHM).

Le manuel de groupage GHM documente le sujet (chapitre 3.1.3.2  Utilisation du diagnostic relié pour le groupage du séjour du Volume 1 et rappels réguliers dans les listes de codage du Volume 2).

Exemple : un séjour avec DP = Z092 « Examen de contrôle après chimiothérapie pour d’autres affections », DR = E1170 « Diabète sucré de type 2 insulinotraité, avec complications multiples », sans acte opératoire sera groupé dans la racine 10M13 « Explorations et surveillance pour affections endocriniennes et métaboliques » de par le E1170.

Par ailleurs, si ces séjours avec DP en Z08 ou Z09 n’ont pas de DR codé, ils seront classés dans les CMD correspondant à ces DP, à savoir la CMD 17 « Affections myéloprolifératives et tumeurs de siège imprécis ou diffus » pour les DP en Z08 et la CMD 23 « Facteurs influant sur l’état de santé et autres motifs de recours aux services de santé » pour les DP en Z09.

Il est donc intéressant, en contrôle qualité et en optimisation GHM-GHS, d’isoler cette population de séjours avec DP en Z08 ou en Z09 et de regarder : 
# les séjours sans DR. Absence de DR justifiée ?. « Normalement », avec un DP en Z08, on a généralement un DR en C correspondant à une tumeur 
# la cohérence du codage des DR de ces séjours

Pour les utilisateurs PMSISoft MCO
# Identification des séjours concernés en saisissant Z08 puis Z09 dans le filtre « CIM-10 » de l’écran « Base des RSS » : vous visualisez tout de suite les DR de ces séjours


#4 – Reporting PMSI pour les médecins et chirurgiens en Groupes d’Activité (GA)

La question que nous nous posons aujourd’hui est relative à la granularité des regroupements de séjours dans les reportings d’activité PMSI à destination des chefs de services et des équipes médicales.

Premier constat : ces regroupements doivent être réalisés à partir d’une classification officielle maintenue par l’ATIH pour des raisons de pérennité, d’homogénéité et de maintenance.

2eme constat : les regroupements doivent être parlants (dans leurs libellés en particulier), cohérents pour les médecins et les chirurgiens avec un nombre de résultats raisonnables. 

Les classifications à notre disposition, triées par nombre décroissant d’items sont (en 2018 en ex DGF, la logique est identique en OQN) : 
GHM (2 685)
racines de GHM (663)
GA = Groupe d’Activité (216)
GP = Groupe de Planification (82)
CMD (27)
DA = Domaine d’Activité(26)

Si chacune de ces classifications a sa logique, un bon compromis, validé à l’usage, pour les reportings d’activité PMSI aux médecins/chirurgiens est la classification en GA qui « cache » pour les destinataires les questions de sévérité, de complications, d’âge, tout en gardant une grande cohérence médicalo-centrée pour ces derniers, avec des intitulés qui permettent un dialogue.

Table de correspondance GHM-GA-DA-GP 2018


#3 –  Cohérence du codage du DP par rapport au GHM

Le codage du DP est le codage qui va orienter le groupage du séjour en CMD et souvent en racine de GHM.

Il existe plusieurs approches pour contrôler la pertinence du codage des DP (alternance DAS-DP, meilleur codage CIM-10 du DP, …) sur lesquelles nous reviendrons. 

Aujourd’hui nous nous intéressons à une approche pragmatique : la cohérence entre le DP et le GHM du séjour par comparaison aux résultats de la Base Nationale MCO disponible via ScanSanté (« MCO par diagnostic ou acte« )

L’idée est simple : est-ce que le GHM du séjour est « populaire » pour le DP du séjour ?
Si le GHM est « impopulaire » pour le DP, peut-être que le codage du DP est perfectible.

Exemple avec le DP M8404 « Fracture non consolidée (pseudarthrose) – main » dans un séjour classé en 08C431 « Interventions non mineures sur la main, niveau 1 ». C’est évidemment possible mais l’on constate dans la base nationale que ce GHM est relativement « impopulaire » pour ce DP (4,65% des effectifs dans la BN MCO 2017 tout type d’établissement confondu), à comparer aux principaux GHM pour ce DP (la racine 08C40 « Arthroscopies d’autres localisations » = 59,67%). Voir la liste des GHM pour le DP M8404 en 2017

Nous conseillons de requêter dans ScanSanté sur une large période (année N-1 entière) et sur toute la base nationale MCO (tout type d’établissement).


#2 – Table de correspondance DMI-CCAM

La problématique PMSI à l’origine de ce conseil est bien connue : les contrôles de cohérence entre codage Ccam dans les RUM et codage des DMI dans le Fichcomp DMI, à savoir :
# le repérage d’actes Ccam codés sans qu’il y ait de codage DMI liés à ces actes pour le patient à la même date (date de réalisation acte Ccam = date de pose DMI). Cela signifie généralement qu’un DMI n’a pas été codé avec le risque d’une perte sèche de remboursement pour ce DMI
# à contrario, repérage d’un DMI codé pour le patient sans le codage d’un acte Ccam qui lui est habituellement lié. Dans ce cas, il s’agit généralement d’un défaut de codage Ccam dans le RUM avec potentiellement un impact dans la classification en GHM-GHS du séjour.

Pour mener à bien ces contrôles, il convient donc de disposer d’une table de correspondance entre codes LPP des DMI et codes Ccam.

Même si elle commence à dater (2014), l’Atih propose une telle table qui reste largement opérationnelle. 

Problème : cette table associe des actes Ccam avec des familles de DMI (colonne intitulée abusivement « Libellé DMI Liste en sus »). Il faut donc rapprocher ces familles de DMI de la liste des codes LPP qui leur correspondent. Pour ce faire, on récupère la liste des DMI pris en charge en sus mise à jour régulièrement par l’atih : la colonne « Libelle » de cet excel fait la jointure avec la colonne « Libellé DMI Liste en sus ». Une requête simple en RechercheV permet alors d’associer les codes LPP (sur 7 positions) aux actes Ccam dans une nouvelle table de correspondance DMI-Ccam.

A noter qu’en pratique, il y a quelques correspondances à traiter manuellement.

Cette table que l’on pourra qualifiée d' »officielle » pourra utilement être complétée par l’établissement, en particulier avec des correspondances entre actes Ccam et DMI non pris en charge en sus. A l’usage nous conseillons toutefois d’identifier ces correspondances « maison » dans la table de correspondance DMI-Ccam pour faciliter la mise à jour de la table « officielle » et maintenir les correspondances « maison » dans la durée.

Pour les utilisateurs PMSISoft MCO.
Vous retrouvez cette table de référence brute au format texte dans le répertoire LPP (fichiers »dmi_ccam.txt » et « groupes_dmi.txt »). Ce référentiel est importé via l’import « DMI » (écran « Gestion des référentiels »). Les atypies relevées sont dans visuables et exportables dans l’écran « Atypies CCAM MCO »


#1 – Montée de niveau par comparaison à une DS nationale et faux positifs

Une requête classifique pour repérer des séjours susceptibles d’être reclassés dans un GHM de niveau supérieur consiste à comparer la durée de séjour réelle avec la DMS Ovalide d’un GHM de niveau supérieur. Si la DS du séjour est effectivement plus proche de la DMS Ovalide d’un GHM de niveau supérieur que de la DMS Ovalide de son GHM, le séjour est repéré : peut-être que le séjour aurait-il dû être classé dans ce GHM de niveau supérieur (manque d’une CMA non exclue dans le codage du séjour ?, incohérence de codage en DP-DAS qui du coup exclut une CMA ?, autre motif ?)

Exemple en DGF 2018 avec les DMS Ovalide 2018 récemment diffusées : un séjour 2018 en GHM 16M112  « Autres troubles de la lignée érythrocytaire, âge supérieur à 17 ans, niveau 2 » de 10 J a une DS plus proche de la DMS Ovalide DGF 2018 du GHM 16M113 égale à 10,99 J plutôt que de la DMS Ovalide du GHM 16M112 égale à 7,04 J

Problème : ces requêtes génèrent beaucoup de faux positifs rendant l’exploitation des résultats longs et souvent décevants.

Pistes pour réduire le taux de faux positifs par affinage de la requête : 
# se restreindre aux séjours de médecine, plus susceptible d’être concernés à priori
# exclure les séjours avec une DS > à la borne haute du niveau 4  de la racine de GHM : généralement ce sont des attentes de placement qui font « exploser » la DS
# exclure les séjours avec un codage Z51 « Sujet attendant d’être admis dans un établissement adéquat »
# exclure les montées de niveau avec un écart > 1 (exemple : un séjour classé en 16M112 proposée en 16M114)