Hôpital Saint Joseph de Marseille recrute son médecin DIM adjoint au chef de service (H/F)

L’Hôpital Saint Joseph (26 Bd de Louvain 13008 Marseille), Hôpital privé à but non lucratif le plus important de France, financé suivant l’échelle publique des tarifs, 805 lits et places MCO, 56 lits de SSR et 30 places d’HAD, 30 places de SSIAD, 2 350 salariés et 310 médecins libéraux 
RECRUTE 
son médecin DIM adjoint au chef de service (H/F)

Le Département de l’’Information Médicale comprend 10 salariés, dont 7 TIM, 2 secrétaires et un médecin chef de service.

L’organisation du PMSI repose sur un dossier patient informatisé, un codage mixte (centralisé et décentralisé) et une chaîne globale de facturation adaptée (DPI DOPASOINS, PASTEL interfacé avec le PMSI Web100T, outils d’intelligence artificielle).

Vos missions principales :
Contrôle et optimisation du PMSI (MCO – 60 000 RSA par an, SSR – 3 200 RHA par an et HAD)
Mise en œuvre d’actions visant à l’amélioration du codage
Traitement et analyse de l’information médicale
Gestion de projets rentrant dans le champ de compétence du DIM

Compétences et qualités requises :
Bonne connaissance du PMSI
Compétences en traitement de données (notamment Excel, Access, SQL…)
Intérêt pour la gestion des systèmes d’informations médicaux
Qualités relationnelles, capacité à travailler en équipe

Profil :
Médecin diplômé de santé publique ou qualifications équivalentes, vous devez justifier d’une expérience de plusieurs années dans le domaine du PMSI en milieu hospitalier public ou privé.

Votre sens du relationnel et votre esprit de collaboration vous permettant de travailler efficacement avec des interlocuteurs variés, seront des atouts essentiels pour la réussite à ce poste.

Rémunération :
Sur la base de la Convention Collective FEHAP, salaire minimal de 60 K€ brut annuel, à voir selon ancienneté

Poste à pourvoir au 1er février 2020

Adresser votre candidature : CV + photo + lettre de motivation à l’Hôpital Saint Joseph de MARSEILLE – Service Recrutement (26, Boulevard de Louvain – 13285 MARSEILLE CEDEX 08 e-mail : enguyen@hopital-saint-joseph.fr)

Site Internet de l’établissement : www.hopital-saint-joseph.fr

Voir la fiche de poste pour plus d’informations sur l’établissement, les missions et le profil attendu.

Identification individuelle des DMI inscrits sous ligne générique à partir de novembre 2019

Les DM inscrits sous lignes génériques doivent désormais être inscrits en nom de marque, pour une meilleure traçabilité, via une identification individuelle par un code.

Ce code sera exigé en vue de la prise en charge ou du remboursement du produit ou de la prestation selon le calendrier suivant :

  • le 1er novembre 2019 pour les titres III (DM implantables, Implants et greffons tissulaires d’origine humaine) et V (DM invasifs non éligibles au titre III de la LPPR).
  • le 1er décembre 2019 pour les titres II et IV
  • le 1er janvier 2020 pour les titres I et les DM bénéficiant aujourd’hui d’un code alphanumérique

Exemple avec le LPP du titre III 3128976 RACHIS, CAGE INTERSOMATIQUE OU EQUIVALENT : ce LPP devra désormais être déclaré avec le code individuel correspondant à son fabricant (exemples : 6236947 RACHIS, CAGE INTERSOMATIQUE OU EQUIVALENT B.BRAUN MEDICAL, 6698843 RACHIS, CAGE INTERSOMATIQUE OU EQUIVALENT SPINEART, etc…)

L’arrêté du 26 août 2019 liste, par titre, chapitre et section, les LPP à description générique pour lesquelles le code d’identification individuelle doit être détenu par le fabriquant et donc désormais utilisé pour coder ces LPP.

Une période de transition permet d’accepter le remboursement des deux codes (génériques ou individuels) :
jusqu’au 1er janvier 2020 pour les titres III et V
jusqu’au 1er avril 2020 pour les titres I, II et IV

Sources : Arrêté du 26 août 2019 modifiant l’arrêté du 24 juin 2019 précisant, conformément à l’article R. 165-87 du code de la sécurité sociale, les modalités de détention du code d’identification individuelle des produits et prestations inscrits par description générique sur la liste prévue à l’article L. 165-1 du même code – Du nouveau sur l’identification individuelle des dispositifs médicaux inscrits sur la LPPR par description générique (article Omedit Pays de la Loire) Identification individuelle des dispositifs médicaux inscrits sur la LPPR par description générique (article Omedit Grand Est) – Support session Actualités DIM PMSI 2020 (ATIH)

Ajout du code CIM-10 U07.0 Affection liée au vapotage à partir du 24 septembre 2019

En réaction à l’apparition récente d’affections liées au vapotage, l’OMS a estimé qu’il serait pertinent de pouvoir suivre tous les cas rapportés, jusqu’à ce que des informations plus détaillées soient disponibles.

C’est pourquoi, une recommandation de codage a été transmise à tous les états membres de l’OMS.

Elle est applicable depuis le 24 Septembre 2019.

Le nouveau code est introduit dans le Chapitre XXII Codes d’utilisation particulière et dans la catégorie U07 nommée à cet effet Affections d’étiologie incertaine.

Il a pour code et libellé U07.0 Affection liée au vapotage.

Pour la classification PMSI, il est autorisé en diagnostic associé (DAS) dans les séjours concernés.

Pour les utilisateurs PMSISoft : CIM-10 mise à jour au 24 octobre 2019

CHU d’ANGERS recrute pour son Département de l’information médicale , un.e technicien.ne de l’information médicale pour un remplacement d’1 an à temps plein dès que possible

Le CHU d’ANGERS (4 rue Larrey, 49933 ANGERS) recrute pour son Département de l’information médicale , un.e technicien.ne de l’information médicale pour un remplacement d’1 an à temps plein dès que possible.

Ce remplacement pourra déboucher sur un poste pérenne au dernier trimestre 2020.

Pour obtenir des informations complémentaires au profil de poste, vous pouvez contacter le Docteur WEIL Dominique, médecin responsable du DIM ( secrétariat : 02.41.35.34.16)

Merci d’adresser votre candidature(lettre de motivation et CV) à Monsieur le Directeur du pôle politique sociale  par mail à : drh@chu-angers.fr / préciser dans l’objet du mail: publication TIM CHU ANGERS

LE PROFIL DE POSTE:

  1. LE GRADE

Technicien supérieur hospitalier ou Assistant Médico-Administratif ou Adjoint des cadres

  1. LE(S) LIEU(X) D’EXERCICE

Au sein du Département d’Information Médicale.

  1. LE LIEN HIERARCHIQUE

Médecin responsable du Département d’Information Médicale

  1. POSITIONNEMENT ET LIEN(S) FONCTIONNEL(S)

Poste basé au CHU d’Angers, établissement MCO/SSR support du GHT 49

105 000 RSS /an pour une valorisation brute de 240 000 millions d’euros de recettes T2A Codage décentralisé Liens fonctionnels :

Au sein du DIM

  • Personnel médical et administratif du département (3,6 ETP praticiens MCO, 0,4 ETP praticien SSR, 7 TIM)
  • Ingénieurs / informaticiens du service (2)

A l’extérieur du DIM

  • Direction des Finances et système numérique
  • Contrôle de gestion
  • Secrétariats des services cliniques
  • Autres agents de l ’Information Médicale du GHT 49
  1. LES CONDITIONS DE TRAVAIL ET LE CONTEXTE D’EXERCICE

Temps plein

Amplitude horaire :

37h30 hebdomadaires avec 15 jours de RTT Travail de jour. Repos fixes le week-end

  1. LES MISSIONS ET ACTIVITES

Contrôle de la qualité des données hospitalières (PMS)I, de la cohérence des informations médicales et paramédicales entre le dossier patient et la transmission des informations à l’Agence Régionale de Santé Contrôle de l’exhaustivité des mêmes données Contrôle de la cohérence des mouvements au sein des unités médicales de l’établissement Assistance, conseil et formation des équipes médicales, paramédicales et administratives de l’établissement, en tant que relais des médecins d’information médicale.

Gestion et traitement des données (recherche, recueil, analyse, priorisation, suivi) si besoin Réalisation d’études, de travaux de synthèse à partir des bases de données PMSI Veille réglementaire relative au PMSI (site de l’ATIH, nomenclatures) Participation et présentations aux staffs d’information médicale

  1. LES COMPETENCES REQUISES SOUHAITEES

Il est attendu :

  • La Maîtrise des outils de bureautique de base (Word, Excel, Powerpoint)
  • Une connaissance du vocabulaire médical ; une bonne expression orale et écrite
  • La connaissance de l’organisation et du fonctionnement interne d’un établissement de santé
  • Droit des données informatiques, droit des données de santé : la connaissance et le respect du secret des données personnelles (exigences Cnil) et du secret médical.
  • La connaissance préalable du PMSI et des nomenclatures CIM10 et CCAM seraient un plus.

La connaissance des extractions de données à l’aide de SAP Business Objects serait également appréciée mais n’est pas indispensable.

Qualités requises

  • Respect de la confidentialité et de la sécurité des informations.
  • Rigueur, méthode, organisation, autonomie.
  • Sens du contact, de l’organisation et de la pédagogie.
  • Discrétion.
  • Esprit d’équipe et d’initiative.
  • Exigences particulières du poste

BAC + 2 minimum

Formation : idéalement un certificat de compétence, une licence professionnelle de technicien de l’information médicale, un DU de l’Information médicale ou une expérience dans le domaine de l’Information Médicale mais des formations en interne et externe sont possibles après la prise de poste.

  1. EVALUATION

L’évaluation sera réalisée par le responsable du Département d’Information Médicale

  1. LES REFERENCES

Répertoire des métiers (http://www.metiers-fonctionpubliquehospitaliere.sante.gouv.fr/)

salaire : grille de catégorie B (grade cible TSH) durée de publication : 15/11/2019

Contact recrutement : Arnaud BRIERE, responsable de l’emploi-pôle politique sociale.
Email : drh@chu-angers.fr – Téléphone : 02.41.35.43.29 (secrétariat)

Copyright © Lespmsi.com – Imprimer cet article

6 raisons d’utiliser R en analyse PMSI

Nous travaillons depuis plusieurs années avec R, langage open source de traitement de données et de statistique, pour l’analyse PMSI.

Nous partageons aujourd’hui notre retour d’expérience sur l’utilisation de R pour l’analyse des PMSI.

Raison #1 : R est adapté aux analyses PMSI

Principales caractéristiques de R :
# importation optimisée de fichiers textes structurés
# manipulation très fluide et naturelle de structures de données. R a été conçu spécifiquement pour la manipulation de données.
# toutes les fonctions statistiques et de manipulations de données existent nativement dans R
# de très nombreuses fonctions graphiques et de visualisation de données sont intégrées à R pour produire automatiquement des histogrammes, des courbes, des camemberts, des boîtes à moustache, etc…
# génération de rapports dynamiques
# très rapidement opérationnel.
En quelques heures, un professionnel du PMSI peut réaliser des comptages (nombre de RUM, nombre moyen de RUM par RSS, DMS, …) et quelques requêtes simples (nombre moyen d’actes CCAM par séjour et GHM, ratio de séjours avec un code CIM-10 codé, …)

Or ces caractéristiques sont justement celles recherchées par les équipes DIM :
# travail sur un PC, souvent un portable pour les médecins DIM, sans vouloir ou pouvoir dépendre d’un service informatique
# import et manipulation rapide (en quelques secondes) de fichiers de quelques 100 000 lignes
# réutilisation et personnalisation à volonté de requêtes
# « nettoyage » facile de données (ex : supprimer les GHM représentés par moins de 10 séjours)
# « jeux » avec les filtres et les sélections
# production de graphiques à la volée
# production de case mix
# comparaison de jeux de données période à période ou périmètre à périmètre
# repérage d’atypies avec paramétrage de listes de codes
# appel à des fonctions ou des tests statistiques en ayant l’assurance qu’ils sont corrects
# distinction entre variables quantitatives, qualitatives, catégorielles
# rapprochement avec des référentiels ou des textes non structurés
# génération de rapports d’activité dynamiques reproductibles
# intégration aux EDS, aux études multi-sites

R est par ailleurs très largement utilisé en Santé Publique et en biostatistique depuis de nombreuses années.

Raison #2 : R est mature et pérenne

R existe depuis plus de 20 ans. Sa maturité, sa popularité et sa diffusion s’accroissent d’année en année.

A ce jour, R est couramment utilisé en entreprise, dans les milieux académiques et les organismes publics, en particulier dans le monde hospitalier et de la santé.

R comprend plus de 15 000 packages à ce jour (source), répondant à des besoins de plus en plus pointus.

En janvier 2019, R est classé 12e dans l’index TIOBE qui mesure la popularité des langages de programmation dans le monde.

Raison #3 : R est gratuit et open source

La gratuité de R permet aux équipes DIM de travailler tout de suite en toute liberté, sans dépendre d’un financement qui peut toujours être remis en cause ou d’un éditeur commercial qui bride l’accès aux possibilités d’analyses, sans dépendre d’un nombre de licences.

R est open source. Cela garantit une maîtrise de bout en bout des requêtes et des fonctions : pas de « boîtes noires », pas de « modules supplémentaires payants », aucune limitation dans les développements.

R dispose d’un environnement de développement gratuit, libre, multiplateforme pour R, orienté utilisateur : RStudio qui facilite grandement le développement sous R et la visualisation en direct des résultats, en particulier des graphiques.

Raison #4 : R est très documenté

L’écosystème francophone autour de R est aujourd’hui très développé avec des sites et blogs didactiques, du plus basique pour démarrer aux plus techniques, des forums et des rencontres académiques dans de nombreuses villes (Nantes, Toulouse, Paris, Lyon), un réseau d’experts indépendants.

Pour les professionnels qui comprennent l’anglais basique, la documentation R devient alors quasi-infinie.

Chaque question a sa réponse dans les blogs, sites ou forums

Raison #5 : Les spécialistes et experts du PMSI utilisent R

La quasi-totalité des CHU et CHR utilisent aujourd’hui R.

L’AP-HP développe un logiciel open source R pour le PMSI : pmeasyr (voir notre interview de Guillaume PRESSIAT qui développe et maintient pmeasyr).

La DREES développe depuis 2019 sa visualisation de données en ligne en R

Nous développons PMSISoft, le logiciel d’analyse PMSI le plus pointu à ce jour, en R.

Raison # 6 : R = l’ouverture du PMSI à la data science

Pour les équipes DIM, travailler avec R, c’est aussi participer aux travaux les plus récents en santé publique autour des EDS (Entrepôts De Santé) qui voient le jour dans les principaux CHU (Paris, Grand Ouest, Marseille, Bordeaux, Strasbourg, Lyon) et de l’IA.

C’est s’inscrire dans une démarche de partage et de collaboration valorisant les expertises propres aux PMSI (via, par exemple, le partage de package ad’hoc).

Travailler avec R pour une équipe DIM, c’est travailler de plein pied dans le monde des data scientist, du codage semi-automatisé, de l’avenir de l’analyse des données de santé à laquelle participe le PMSI.

Copyright © Lespmsi.com – Imprimer cet article