PMSI SSR

Recueil et valorisation des journées de télé-réadaptation en HDJ SSR (COVID-19)

L’ATIH vient de publier ses consignes pour le recueil et la valorisation des journées de télé-réadaptations en HDJ SSR dans le cadre de la crise du COVID-19.

Contenu d’une prise en charge éligible au codage d’une journée de télé-réadaptation

Métiers autorisés à ce jour au télé-soin :
– Médecins
– Masseurs-kinésithérapeutes
– Ergothérapeutes
– Psychomotriciens
– Orthophonistes
– IDE

Dans ce cas que le professionnel intervient seul, dans le cadre d’une séance de rééducation individuelle.

Une journée de télé-réadaptation peut être renseignée si elle remplit les conditions suivantes :

1. Elle correspond à une prescription médicale, sur la base d’un bilan initial du patient, effectué en présentiel par l’équipe de SSR qui prend en charge le patient. Elle fait l’objet d’une coordination par l’équipe.

2. Elle contient au moins 3 interventions différentes, qui doivent pouvoir être justifiées en utilisant la classification commune des actes médicaux (CCAM) ou le catalogue spécifique des actes de rééducation et réadaptation (CSARR), hors actes complémentaires.

3. Les interventions sont réalisées par au moins 2 professionnels différents, intervenant habituellement au sein de l’HDJ (médecins, auxiliaires médicaux, aides-soignants, personnels des professions sociales et éducatives, psychologues et enseignants en activité physique adaptée).

4. Les interventions sont réparties sur les jours d’une même semaine calendaire, du lundi au dimanche.

5. Pour chaque journée de télé-réadaptation, la traçabilité de la prise en charge est assurée :
o Lors d’une journée unique un compte rendu d’hospitalisation est effectué par un médecin à l’issue de la prise en charge.
o Lors de journées répétées, le projet thérapeutique doit être décrit par un médecin lors de la première journée. Des synthèses intermédiaires écrites sont également effectuées par le médecin coordonnateur à chaque fois que cela est pertinent. Enfin, lors de la dernière journée, un compte rendu d’hospitalisation de la prise en charge est effectué par un médecin.

Il est à noter que les prises en charge d’HDJ peuvent être mixtes, associant sur une même semaine ou sur plusieurs semaines une prise en charge présentielle (HDJ «classique ») et une ou plusieurs journées de téléréadaptation.

Recueil RHS

Afin de permettre le recueil et l’identification des journées de téléréadaptation, il est nécessaire de créer une UM spécifique de téléréadaptation.

Données à recueillir :
• Remplissage de la variable type d’hospitalisation obligatoirement : pour les prises en charge à distance le type d’hospitalisation sera le type d’hospitalisation 2.
• Pour chaque journée calendaire au cours de laquelle un ou des actes auront été réalisés, le RHS sera renseigné avec le code CCAM ou CSARR de ces actes ainsi que la date de réalisation.
• Une attention particulière sera apportée au codage des DAS. Le code Z75.3 « Centres médicaux non disponibles et non accessibles » sera utilisé en cette position de DAS dans les RHS afin de décrire la téléréadaptation. Ce code a vocation à tracer exclusivement cette activité réalisée à distance – il ne doit plus être utilisé pour d’autres situations.
• Les autres variables du RHS seront renseignées selon les règles habituelles du guide méthodologique : FPP, MPP et AE.
• La variable « journée de présence » sera cochée pour chaque journée calendaire au cours de laquelle un ou des actes CSARR ou CCAM auront été réalisés, quel que soit le nombre de ces actes.
• La traçabilité dans le dossier médical des interventions des différents professionnels devra être assurée.
• Les RHS produits pour ces journées de téléréadaptation seront gérés avec les mêmes outils et selon les mêmes modalités que les autres RHS de l’établissement.

Leur transmission sera réalisée sur le même rythme mensuel que les autres RHS.

Solution privilégiée pour permettre le recueil pour des prises en charge mixtes au cours desquelles coexistent dans la même semaine calendaire des journées d’HTP en présentiel et des journées de téléréadaptation : ouvrir 2 numéros de séjour en simultané et les garder ouverts sur la période de prise en charge.

Valorisation DMA

Processus de valorisation :
1. Chaque RHS typé « télé réadaptation », par le code Z75.3 constitue un réservoir de journées de téléréadaptation à reconstituer à partir des informations élémentaires recueillies.
2. L’information élémentaire guidant la matérialisation de ces journées est l’acte CSARR (ou CCAM).
3. Les informations de chacun de ces RHS seront agrégées pour constituer une ou des unités de téléréadaptation de la semaine selon des critères définis ci-dessus.

A ce stade, les journées de télé-réadaptation ne doivent pas être valorisées (la phase de régularisation des
financements, sur la base de l’activité réalisée, interviendra en fin d’année (M12)).

Il est ainsi attendu que les établissements privés ne facturent pas ces journées de téléréadaptation par le circuit habituel.

Lors de la transmission mensuelle des RHS, leur groupage (via Ovalide) conduira au GMT 9999 sans tarif.

Activités réalisées à partir de la date de début confinement (17 mars 2020).

A partir du lundi 11 mai 2020, les journées de télé réadaptation, telles que définies dans ce document, doivent obligatoirement être recueillies selon les modalités présentées ci-dessus

Source : COVID-19 Journées de télé-réadaptation SSR Recueil et valorisation (ATIH)

Groupage SSR 2020 des séjours avec COVID-19

Voir article de synthèse « Consignes de codage des séjours liés au COVID-19« .

La fonction de groupage (FG) SSR 2020 des séjours en GME a été modifiée pour tenir compte des prises en charge COVID-19.

Les 2 codes CIM-10
U07.10 « COVID-19, FORME SYMPTOMATIQUE RESPIRATOIRE, VIRUS IDENTIFIE BIOLOGIQUEMENT
U07.11 COVID-19, FORME SYMPTOMATIQUE RESPIRATOIRE, VIRUS NON IDENTIFIE BIOLOGIQUEMENT
ont été ajoutés à la liste des diagnostics d’entrée de la CM 04 « Affections de l’appareil respiratoire » et, au sein de cette CM, dans la liste de diagnostics D-0415 « Infections broncho-pulmonaires (non tuberculeuses) » qui classe, en situation de codage MMP ou AE, dans le groupe nosologique 0415 « -Infections broncho-pulmonaires (non tuberculeuses) »

Les 2 codes CIM-10 
U07.14 COVID-19, AUTRES FORMES CLINIQUES, VIRUS IDENTIFIÉ
U07.15 COVID-19, AUTRES FORMES CLINIQUES, VIRUS NON IDENTIFIÉ
ont été ajoutés à la liste des diagnostics d’entrée de la CM 18 « Certaines maladies infectieuses, virales ou parasitaires » et, au sein de cette CM, dans la liste de diagnostics D-1806 « Infections autres que par VIH » qui classe, en situation de codage MMP ou AE, dans le groupe nosologique 1806 « Infections autres que par VIH »

Les 2 codages CIM-10 
U07.12 COVID-19, PORTEUR de SARS-CoV-2 ASYMPTOMATIQUE, VIRUS IDENTIFIE BIOLOGIQUEMENT
U07.13 AUTRES EXAMENS ET MISES EN OBSERVATIONS EN LIEN AVEC L EPIDEMIE DE COVID-19
ont été ajoutés à la liste des diagnostics d’entrée de la CM 23 « Autres motifs de recours aux services de santé » et, au sein de cette CM, dans la liste de diagnostics D-2309 « Autres motifs de prise en charge » qui classe, en situation de codage MMP ou AE, dans le groupe nosologique 2309 « Autres motifs de prise en charge »

Source : Manuel GME 2020 (volume 2)Manuel GME 2020 (volume 3)

Nouveau contrôle FG SSR 2020 : numéro de semaine incompatible avec l’utilisation de l’extension d’un acte CCAM

Mise à jour 15 avril 2020 : ce contrôle est ajouté au volume 1 du manuel des GME 2020 (chapitre 3.2.2 « Les erreurs détectées par les contrôles ») avec le numéro 173

A partir de la semaine 10 de 2020 commençant l’année PMSI SSR 2020 (à partir du lundi 2 mars 2020), un nouveau contrôle est mis en place au niveau de la fonction de groupage SSR : 

Repérage d’un numéro de semaine incompatible avec l’utilisation de l’extension d’un acte CCAM.

Ce contrôle détecte donc les codages d’actes CCAM avec extension PMSI qui seraient codés dans une semaine où ces actes ne seraient pas actifs.

Ce contrôle est identifié avec le numéro 183

En pratique, ce contrôle devrait être extrêmement rare car, à ce jour, le codage d’un acte CCAM avec extension est très rare en SSR et, d’autre part, les logiciels de saisie du PMSI sont censés gérer les dates d’activité des référentiels, dont la CCAM à usage PMSI.

Source : Manuel des GME 2020 (volume 1)

Nouvelle classification SSR V2021 – Synthèse du comité technique SSR (30 janvier 2020)

Publication du compte-rendu du comité technique SSR qui s’est tenu le 30 janvier 2020.

Nous renvoyons vers ces compte-rendus pour le détail (un compte-rendu synthétique et un compte-rendu détaillé).

Principaux points à retenir concernant la nouvelle classification GME à venir :

Nouvelle classification GME V2021

# Présentation générale

 

 

# Les types de réadaptation

4 scores de réadaptation utilisés : 
Un score de réadaptation spécialisée par jour et par séjour : somme des pondérations des actes de réadaptation (CSARR et CCAM) appartenant à une liste d’actes, propre à chaque GN ou groupe de GN, construite et validée par des experts.
Un score de réadaptation globale par jour et par séjour : somme des pondérations de tous les actes de réadaptation (CSARR et CCAM)

1er test :
Le séjour est orienté dans un groupe de réadaptation spécialisée importante si ses scores de réadaptation spécialisée par jour ET par séjour sont chacun supérieur à un seuil.

2ème test :
Le séjour est orienté dans un groupe de réadaptation globale importante si les scores de réadaptation globale par jour ET par séjour sont chacun supérieur à un seuil.

Presque tous les GN sont subdivisés sur la réadaptation.

A ce stade, les types de réadaptation en HTP ne reposent pas comme l’HC sur des actes spécialisés car l’activitéen  HTP est réalisée en grande partie dans des unités avec mention spécialisée et que la distinction entre réadaptation spécialisée et réadaptation globale importante ou autre semble moins pertinente.

86% des séjours en UM avec mention spécialisées sont dans des groupes avec réadaptation importante.

# Les niveaux de lourdeur

83% des séjours en unité gériatrique sont un niveau B ou C

CSARR

Des travaux ont été réalisés sur les pondérations CSARR en vue de la nouvelle classification. Ces nouvelles pondérations ont été utilisées pour sa construction, et seront appliquées en 2021 si elle est mise en oeuvre.

Analyse de l’enquête CSARR ENC 2017 :
Elle a permis de mettre à jour la majorité des pondérations des actes CSARR.
Elle a permis de constater des différences de temps de réalisation importantes pour certains actes, en fonction de l’intervenant, ce qui a conduit à l’instauration de pondérations différentes selon l’intervenant, pour 37 actes.

Analyses des bases PMSI
Elle a permis de constater la réalisation de certains actes par certains intervenants non attendus, en particulier des actes de réadaptation réalisés par les infirmières ou aide-soignantes. Les contrôles OVALIDE déjà en place ont été étendus à d’autres actes en 2020. Certains couples « actes-intervenant » ont été pondérés à 0.

Source : Comité technique SSR (réunion du 30 janvier 2020)

Suspension des délais de transmission des données PMSI M2 2020

L’ATIH a communiqué ce lundi 30 mars 2020 : 

« Compte-tenu de la situation de crise actuelle liée à l’épidémie de Covid-19, les délais prévus par l’arrêté PMSI pour la transmission M2 des données PMSI pour l’ensemble des champs (MCO, SSR, HAD et psychiatrie sur M3) sont suspendus afin de permettre à tous les établissements de s’adapter aux nouvelles contraintes.

Les données M2 seront à transmettre lorsque les établissements seront organisés pour le faire.

Toutefois, le principe de la poursuite du codage de l’activité n’est pas remis en cause.

Des instructions complémentaires seront publiées dans les meilleurs délais pour les transmissions suivantes. »

Consignes de codage des séjours liés au COVID-19

Mise à jour avril 2020 :
# La fonction de groupage SSR 2020 a été mise à jour pour tenir compte de ces nouveaux codages CIM-10 en U07 (voir « Groupage SSR 2020 des séjours COVID-19 »
# La fonction de groupage MCO 2020 a été mise à jour pour tenir compte de ces nouveaux codages CIM-10 en U07 (voir « Groupage MCO 2020 des séjours COVID-19 »
# Mise à jour des consignes de codage ATIH (20 avril 2020) pour les champs MCO et SSR avec, en particulier  les consignes pour les 2 nouveaux codes U07.14 « COVID-19, autres formes cliniques, virus identifié » et U07.15 « COVID-19, autres formes cliniques, virus non identifié »
# Aide au codage COVID-19 en MCO = 1 planche d’une page

Le code U07.1 Maladie respiratoire à Coronavirus 2019 (COVID-19) a été introduit dans la CIM-10 FR le 31 janvier 2020.

Son libellé a depuis été modifié par l’OMS, il est désormais U07.1 COVID-19, avec une note indiquant que des codes additionnels peuvent préciser la pneumonie ou les autres manifestations cliniques.

Afin de répondre au besoin de description dans le PMSI de toutes les situations cliniques liées au COVID-19, l’ATIH a créé des extensions au code U07.1. Il est désormais possible de repérer précisément, au-delà des cas confirmés,
les cas possibles ou probables non confirmés, ainsi que les cas confirmés asymptomatiques.

Les définitions des cas correspondent à la dernière version à jour communiquée par Santé Publique France (SPF)

Extensions du code U07.1 dans la CIM-10 FR

U07.10 COVID-19, confirmé
Cas clinique (infection respiratoire aiguë ou détresse respiratoire selon critères SPF) confirmé par la biologie

U07.11 COVID-19, non confirmé
Cas clinique (infection respiratoire aiguë ou détresse respiratoire selon critères SPF) non confirmé par la biologie. Cas possible (symptomatique) ou probable (selon critères SPF).

U07.12 Porteur de SARS-CoV-2 asymptomatique ou pauci symptomatique
Patient sans infection respiratoire aiguë

U07.13 Autres examens et mises en observations en lien avec l’épidémie COVID-19
Personne contact ; personne coexposée ; cas possible secondairement infirmé.

Ainsi, pour les cas confirmés par la biologie, les codes à utiliser sont U07.10 pour les patients symptomatiques et U07.12 pour les patients asymptomatiques ou pauci-symptomatiques. U07.11 sera utilisé pour les cas possibles ou probables (selon les définitions de Santé Publique France), symptomatiques, sans confirmation biologique.

Consignes de codage pour le PMSI MCO

a. Le motif d’admission est en lien avec l’infection COVID-19
Se référer au fichier Excel téléchargeable sur le site de l’ATIH.
En fonction des situations, les codes U07.10, U07.11 et U07.12 peuvent être placés en diagnostic principal.

En revanche, le code U07.13 ne peut être codé qu’en position de diagnostic associé.

b. Le motif d’admission n’est pas en lien avec l’infection COVID-19
Conformément aux règles du guide méthodologique MCO, le DP sera déterminé en fonction de la situation clinique. Tous les codes étendus de U07.1 peuvent être utilisés en position de diagnostic associé.

L’impact sur le groupage MCO sera communiqué sur e-pmsi.

Source : Consignes de codage COVID-19 (ATIH – 17 mars 2020)
Copyright © Lespmsi.com – Imprimer cet article